La présente rubrique se veut être la caisse de résonance d'actions ou d'événements positifs ou
négatifs dans les différents quartiers de Waterloo.

N'hésitez à nous communiquer tout information qui touche votre quartier !

 

 

_________________________________________________________________________

 

 

 

Echos mai 2019        36

 

Faubourg Ouest, une qualité de vie dégradée ! *

L’association Inter Quartiers (AIQW) remercie Bella Vita d’avoir honoré ce point de la convention de 2011 convenue entre les commanditaires de Bella Vita et l’AIQW.

Diagnostic

 


Allée du Triage à l’origine de la circulation de transit

L’étude constate ce que de nombreux habitants de quartiers impactés vivent au quotidien : l’ouverture de l’Allée du Triage a permis à de nombreux véhicules d’éviter les embouteillages de la chaussée d'Alsemberg, de la N5, voire du Ring, en transitant par les quartiers du Chenois, du Faubourg Ouest.

Cet itinéraire est emprunté non seulement par les véhicules d’habitants de différents quartiers de Waterloo mais aussi de communes voisines voir lointaines (Braine- L’Alleud, Wauthier-Braine, Rhodes …).

 
Avenues beau Séjour, Drève des Dix Mètres... les nouvelles routes des navetteurs

 

Une urbanisation de plus de mille habitants telle que celle de Bella Vita accroît encore les nuisances dans les quartiers résidentiels.

La cause principale est l’inadéquation des structures des mobilités existantes et le manque d’investissements dans des nouvelles infrastructures de mobilité.

Dans le cas de Bella Vita, le manque d’aménagements des mobilités piétonnes et cyclables à travers le site est une carence importante dans l’amélioration de la mobilité douce dans le quartier Faubourg Ouest via le site de Bella Vita. Le percement vers le Nord d’une voie cyclable et piétonne est contenu dans la convention AIQW/Bella Vita et diminuerait sensiblement le trafic voiture, les nuisances et la pollution dans le quartier Faubourg.

 

Étude de circulation incomplète 

 


Avenues Croix de Feu, Nations-Unies aussi des itinéraires de transit

L’étude aurait dû englober au minimum à l’est du site les avenues Léopold III, Joséphine Charlotte et la rue Jules Colle et, à l’ouest, la drève du Garde, les avenues des Nations-Unies et des Croix de Feu. Du fait de l’encombrement d’avenues telles que Florida, Beau Séjour ou de la drève des Dix Mètres, un trafic de transit important s’est détourné vers ces avenues-là. L’allée du Triage n’a en rien aidé à la quiétude du quartier.

Certes, l’étude TRANSITEC actuelle constitue un début intéressant. Notre attente est une réelle étude d’impact, suivie d’aménagements ad hoc. Les habitants attendent de la commune que leur cadre de vie ne soit pas dégradé au fil des divers projets de toute nature.

Les aménagements proposés 

Nous avons relevé que la suggestion d’un rond-point au cimetière de la drève des Dix Mètres, à l’entrée de l’avenue Jules Colle, n’a pas été étudiée.

L’étude du rond-point Florida / Dix Mètres est succincte dans le fait qu’elle n’a pas pris en compte la mise en configuration de la drève des Dix Mètres pour réaliser un véritable rond-point ; la surface disponible sur le dépôt communal étant largement suffisante pour configurer la voirie de manière ad hoc.

Plusieurs aménagements envisagés sont pertinents :

 

  • une réduction de la vitesse à 30km/h dans le Faubourg-Ouest pour autant qu’il existe une réelle volonté de voir cette mesure respectée ;
  • une multiplication d’obstacles distants de 70 à 120 mètres qui incitent les conducteurs à ne pas dépasser cette vitesse et en fluidifient la circulation.

 

Au-delà du cas spécifique du Faubourg Ouest

 - La totalité de ces études dans les différents quartiers doit s’inscrire dans le Plan de Circulation Global " en révision actuellement " de Waterloo.

 - Des investissements majeurs dans les mobilités douces avec des aménagements piétons, cyclables, transports en communs rapides en site propre doivent être réalisés. Eux seuls permettront de réduire dans les quartiers de Waterloo tels que le Faubourg-Ouest les nuisances du trafic de transit de plus en plus important, compte tenu du nombre important de logements, commerces et services qui se développent à Waterloo et dans les communes voisines.

 - Le Plan de Circulation devra en tenir compte en décourageant le transit par les quartiers résidentiels, notamment par la mise en place de plusieurs rues à sens unique, chicanes de stationnement et rétrécissements afin d’allonger notablement les temps de parcours de ces itinéraires de contournement.

Avec comme conséquence positive : ramener le trafic sur les voiries principales de Waterloo hors des quartiers résidentiels.

 

* Analyse réalisée le 12 juin 2019 par Bernard Catala et Jean-Claude Lapthorn, administrateurs AIQW
     Les titre et intertitres sont de la rédaction.

  

 

 

 

Avenue des Lilas, championne des autoroutes du quartier ! *

 


Au vu de l’augmentation du trafic et de la vitesse excessive de 26% des véhicules qui circulent avenue des Lilas et afin de préserver un tant soit peu le calme et la sécurité de nos familles ainsi que celle des visiteurs, nous demandons pour l’avenue des Lilas des aménagements tels que :

  

  • Limiter la vitesse à 30km/h sur toute la rue. Réduire la vitesse augmentera la fluidité de la circulation.

  

  • Aménager 3 emplacements type chicane large ; cela casserait l’impression de ligne droite et obligerait les véhicules à ralentir et à respecter la vitesse réglementaire :
    1. un premier à 50m de l’entrée de l’avenue des Lilas en venant de la chaussée de Bruxelles,
    2. un deuxième 150 m plus loin,
    3. un troisième 150 m plus loin.

  

  • Prévoir une nouvelle plantation d’arbres car plusieurs ont été abattus suite à des travaux ou à des déperditions (maladie, doses massives de désherbant…) ; l’aspect arboré de la rue à disparu à plusieurs endroits.

  

  • Réparer trottoirs et voirie : leur état est déplorable à bien des endroits et au niveau du n° 4, le trottoir a été enlevé lors de la construction d’une importante maison, il y a 5 ans, et remplacé par du gravier.

  

  • Créer, au croisement des avenues des Lilas et Beau Séjour, un passage pour les piétons et vélos sécurisé, par exemple dans un revêtement rouge permettant de traverser l’avenue Beau Séjour et de diminuer à cet endroit la vitesse des automobilistes.

  

  • Réglementer le stationnement car les véhicules se garent en majorité sur les terre-pleins, voir en partie sur le trottoir, alors qu’il n’y a pas de signal réglementaire E9e  qui le permet. Le stationnement dans le virage de l’avenue des Lilas doit être interdit car régulièrement des véhicules de riverains obstruent totalement le trottoir.

  

  • Transformer le virage à angle droit de l’avenue des Lilas en zone 20, ce qui augmenterait encore la sécurité de ce passage délicat de l’avenue : 50 m avant le virage de chaque côté avec des emplacements de parkings prévus.


  • Mieux sécuriser les arrêts de bus et leurs accès, car, parfois, les enfants sont obligés de marcher sur la rue du fait de stationnement.

   * Projet élaboré par Bernard Catala, administrateur AIQW   

 

_________________________________________________________________________

 

 Echos avril 2019      35

 

Succès de foule pour la Marche Adeps au Chenois !

Ce dimanche 12 mai, plus de 1000 participants (soit près du double de l’année dernière) se sont donné rendez-vous au local scout de l’Unité Saint François pour marcher sur les sentiers et chemins à la découverte ou redécouverte du bois des Bruyères, du Triage Sainte Gertrude et de la campagne de Rhode Saint Genèse sous une météo fraîche mais un soleil qui a pu se montrer généreux !

Une organisation formidable que l’on doit aux membres du centre Hébert 'Sport Nat' et son dynamique responsable Bernard Catala !

 

 

Réunion 30 avril sur le "Cœur de Ville

suggestions de l’Association Inter Quartiers de Waterloo (AIQW)

Waterloo mérite un centre et une place à la hauteur de son rayonnement touristique.  Le centre de notre commune occupe une place essentielle dans l’espace public qui doit être redessiné pour offrir non seulement un cadre de vie agréable et convivial mais un accueil dynamique des touristes et une qualité de vie améliorée des habitants.

Pour ce faire, AIQW propose :

de créer un réel " centre-ville " convivial avec beaucoup plus d’arbres et de verdure (parc...), filtres et régulateur de
   température et de biodiversité de nos cités ;

- d’intégrer un pôle culturel regroupant notamment le centre culturel et la bibliothèque ;

de concevoir une place sécurisée et prioritaire aux piétons et aux vélos ainsi qu’aux transports en
   communs non polluants ;

de prévoir un réaménagement de toute la partie du centre actuellement réservée aux sports :

 

. déménagement de certaines infrastructures sportives telles que les tennis du centre et les terrains de padel (paddle tennis), voire le hall sportif et le terrain de rugby, vers le pôle sportif d’Argenteuil et/ou Waterloo tennis, et /ou Jolibois et/ou le Chenois ;

. aménagement d’un parc intégrant le terrain de rugby, le parc de la Résistance, la piscine, qui serait agrandie (avec une mini-piscine réservée à l’aquagym), un boulodrome, des terrains de basket, de mini-foot et de volley extérieurs, un parcours santé, des infrastructures pour skateboard et BMX et des jeux pour enfants ;

. construction de quelques petits immeubles à appartements (Rez +2)  du côté de l’avenue Schattens pour des jeunes couples et personnes âgées de Waterloo en bordure du parc (d’une capacité de 100 personnes) ainsi qu’une maison de quartier et épicerie/bar avec des produits locaux ;

. agrandissement à 600 places de la salle de spectacle Jules Bastin ;

. construction d’un parking souterrain sous le terrain de rugby (300 places) avec accès direct
  à la maison communale.

de réaliser un aménagement du parking Wellington comprenant :

. des logements (30 à 40) à prix modérés pour les jeunes et personnes âgées de Waterloo ; ces logements seraient de rez +2+ toit et seraient situés à moins de 30 mètres de l’arrière des propriétés de l’avenue de l’Ange ;

 . une maison de quartier, une épicerie/bar avec des produits locaux intégrant une zone tampon de jardins de 30 mètres entre ces petites construction ( max rez +2) et le quartier résidentiel de l’Ange ;

. l’aménagement de l’arrière du musée Wellington avec un jardin, un hall d’exposition et un pub anglais ou " napoléonien " ;

 . un parking souterrain de maximum 400 places avec au moins 4 sorties : des emplacements seraient prévus pour les commerçants et le personnel ainsi que des places de livraison ( plus de livraison sur la chaussée de Bruxelles).

 

d’ériger un kiosque dans le parc Jules Descampe (côté chaussée) afin d’y créer un endroit convivial pour des activités périodiques ;

- de réaliser un parvis communal convivial, doté d’un statut d’espace public, ombragé par des arbres et buissons fleuris et agrémenté de fontaines ;

 - de planifier des animations régulières au niveau du Centre, en collaboration avec l’Association des commerçants ;

 - de soutenir une révision du master plan permettant de préserver l'ancienne cure actuellement occupée par le Syndicat d’Initiative (Waterloo Tourisme).

 

Cet ensemble de suggestions rejoignent celles émises par MVW.

 

Château de la Rose réunion de travail du 29 avril

 

 Le Comité du Chenois et l’Association Inter Quartiers de Waterloo (AIQW) ont eu une réunion de travail, avec ateliers interactifs, animée par City Tools, pour le compte des promoteurs immobiliers Bouygues et Immobel propriétaires des terrains.

En discussion, les points considérés prioritaires par le Comité pour le projet de développement du site du Château de la Rose.
Ci-après, une synthèse de ces points prioritaires.

  1. Il faut attendre que le Schéma de Développement Communal (SDC) et le nouveau Plan Communal de Mobilité (PCM) soient finalisés et officiellement d’application avant de réaliser de nouveaux gros projets immobiliers comme celui-ci.

  2. La densité de logements doit rester raisonnable et compatible avec le Chenois.  Actuellement, la densité moyenne au Chenois est de 20 logements / hectare.  Vu la surface totale des terrains ici concernés, 20 lg/ha doit être la norme à respecter !  En effet, avec les 3,5 ha de ce projet, cela représente déjà 70 nouveaux logements...  Et avec 2 à 3 voitures par famille, cela fait déjà 140 à 210 voitures de plus dans nos rues (sans même compter les visiteurs, livreurs et chalands) !

  3. Il faut prévoir suffisamment de places de parking sur site privé, à savoir minimum 3 places / logement, afin que les nouveaux véhicules de ce projet (et ceux des visiteurs, livreurs et chalands) n'aillent pas se garer ailleurs au Chenois...  qui est déjà bien assez saturé !

  4. Le projet (et notamment ses voies d’accès) doit être conçu de manière à éviter tout trafic de transit à travers le Chenois par des véhicules à moteur (notamment via les rues Emile Dury, Saint Germain et Ma Campagne).

  5. Le style architectural des nouveaux bâtiments doit respecter et s'intégrer harmonieusement dans le bâti existant.  Sur tout le site, il faut prévoir des blocs (largement séparés) de « petites maisons mitoyennes », quitte à ce que l'intérieur de ces bâtiments soit éventuellement divisé en appartements.

  6. Le gabarit des nouveaux bâtiments doit être Rez + 1 étage + toit double versant, surtout le long des rues Emile Dury et Ma Campagne.  Le long du chemin de fer et de la chaussée Bara, le gabarit peut éventuellement monter à Rez + 2 étages (maximum) + toit double versant.

 

En conclusion de la réunion, le Comité Chenois et AIQW  recommandaient d’attendre que le PCM et le SDC soient finalisés par la commune avant de proposer des aménagements qui pourraient être en contradiction avec les futurs  plans de gestion à long terme de notre commune.

Le directeur de Bouygues n’a pas l’intention d’attendre, il avait d’ailleurs déclaré lors d’une réunion précédente que si la commune s’opposait au projet, il irait en recours si nécessaire jusqu’au Conseil d’État.

Affaire à suivre...

 

 

 

 _________________________________________________________________________

 

 

Echos mars 2019    34

Château de la Rose un nouveau projet immobilier d’envergure au cœur du Chenois ! (Suite)

Dans un écho du mois dernier, nous vous annoncions que le promoteur Bouygues Immobilier organisait une réunion publique d’information le 19 mars.

Des informations récoltées auprès des participants, il apparaît qu’il s’agit d’un projet immobilier d’envergure : construction de 177 logements (rez + 3 ou 4 étages) sur des pâtures à l’arrière du Château, soit une densité de 46 logements à l’hectare alors que celle au Chenois est de 20 !

Les associations de quartier demandent notamment d’attendre que le Schéma de Développement Communal (SDC) et le nouveau Plan de Mobilité soient officiellement d'application avant de réaliser de nouveaux gros projets immobiliers.

A la dernière séance du Conseil communal, notre Conseiller communal, Jean-Michel Cassiers, est intervenu en ce sens (lire son intervention et réponse de la Bourgmestre).

 

 

 

 

 

 

__________________________________________________________________________

 

 

Echos février 2019   33

 

Le Château de la Rose au cœur d’un nouveau projet immobilier d’envergure au Chenois !


 Interpellée par notre représentant au Conseil communal sur un projet immobilier sur le site du Château à la Rose pour lequel certains habitants du Chenois avaient été contactés, la Bourgmestre a confirmé qu’elle avait bien été contactée par le promoteur et qu’une rencontre avait eu lieu en présence de l’échevine de l’urbanisme. La Bourgmestre a rappelé la position de la commune de freiner la densification et précisé que le projet actuel ne s’inscrivant pas dans les objectifs de la Commune, il n’obtiendrait pas le soutien de celle-ci.

Une réunion d'information organisée par le promoteur immobilier, qui entend associer les riverains à ce projet et mener une large consultation (enquête en ligne), est prévue le mardi 19 mars à 18h30 à la salle Notre Dame, Avenue des Paveurs, 50.  Pour plus d’informations, voir la plateforme participative mise en place par le promoteur : http://www.chateaudelarose.be

  

La Woocoop s’agrandit et déménagera au printemps.

 

L’épicerie coopérative Woocoop située au Chenois était à l’étroit à peine après 1 an depuis son lancement. Réunis en Assemblée générale le 24 février dernier, les coopérateurs ont validé le projet de déménager et de s’installer dans un plus grand local situé sur le zoning artisanal de Waterloo. Le déménagement est prévu pour le mois de juin.

Plus d’informations sur la Woocoop :  http://www.woocoop.be

 

Grand nettoyage de printemps 29, 30 et 31 mars

 

Mieux Vivre à Waterloo s’associe à l’opération Grand nettoyage de printemps lancée par la Wallonie les 29, 30 et 31 mars prochains et soutenue par la Commune de Waterloo. Ensemble, mobilisons-nous pour rendre notre commune plus propre et rejoignez notre équipe !

Inscriptions avant le 22 mars sur https://www.walloniepluspropre.be/grand-nettoyage-de-printemps/ (onglet : Rejoindre une équipe/ Mieux Vivre à Waterloo) ou par mail Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

Danger ! priorité de droite à revoir !

Certaines priorités de droite laissent de marbre les conducteurs qui devraient ralentir et laisser passer les automobilistes ayant priorité sur eux.

L’une d’elle semble particulièrement rébarbative aux automobilistes qui roulent Drève Richelle dans le sens Chaussée de Louvain vers Chaussée de Tervueren.

A hauteur de Sint Johns School, la vitesse est limitée à 30 et pourtant …

Les téméraires qui essayent de prendre leur priorité de droite en sortant de la Drève du Bois des Aulnes risquent à chaque fois leur vie !
Comme vous pouvez le voir sur les photos ci-dessous, le signe " priorité de droite " a été peint sur le sol avant le passage pour piéton de l’école et la Drève du Bois des Aulnes est large.

Résultat, les automobilistes qui devraient s’arrêter pour laisser passer les voitures venant de leur droite prétendent avoir priorité.  Peut-être parce que de là où ils sont, ils voient déjà le panneau " céder le passage " annonçant le rond-point de l’autoroute.

Revoir la signalisation serait une question de prudence

 

 

                                                                                                                       Anne- Marie Dave 

                                                                                                                       

 

 

Tempête sur l’Avenue Bel Air !

 

Il n’y avait plus un arbre avenue Bel Air lors de la tempête du weekend dernier ! La commune les avait tous abattus jeudi et vendredi derniers.
Cette fois, les riverains n’ont rien pu faire pour empêcher la disparition des cerisiers du Japon et des érables !

Cette opération marque le début des travaux de réaménagement de cette avenue qui, faut-il le rappeler, sont loin faire l’unanimité au sein des riverains. Il reste en effet des questions non résolues dans ce projet, notamment de sécurité liée à la vitesse pour lesquelles la Commune n’a pas encore apporté les réponses suffisantes.

Certes les arbres abattus ne repousseront pas, mais il n’est pas trop tard pour adapter le projet en assurant la sécurité maximale des riverains. Le printemps apportera-t-il enfin un peu d’apaisement avenue Bel Air ?

 

__________________________________________________________________________

 

  

 

Echos janvier 2019    32

 

Avenues Bel Air /Beauvoisin : une gestion étonnante !

A l'origine (en 2017), il s’agit d’un projet d'aménagement de l’avenue Bel-Air (près de Jolibois) et d’une portion de l’avenue Beauvoisin.
Si les formalités de concertation obligatoires – et donc minimum - ont été accomplies, il semble que ce projet, tout comme celui de la Place Capouillet, illustre l’absence de prise en compte des demandes des riverains et suscite des questions quant à la volonté d’encourager la participation citoyenne au travers de la procédure suivie (enquête publique en juillet, absence ou retard de réponses à des questions soulevées par des riverains, …).

Le projet semble s’accélérer voire s’emballer après près de 2 ans d’hibernation. Qu’est-ce qui justifie l’urgence de lancer ce projet autour duquel subsistent encore trop de questions ?

Ainsi, des riverains, nullement opposés à un aménagement de leur rue contrairement à ce que pense la Bourgmestre, objectent principalement que le projet tel qu'il est conçu fluidifiera le trafic en rendant possible le croisement des véhicules avec pour conséquences l'augmentation du trafic de transit et de la vitesse des véhicules (voir ci-dessous). 


Ils préconisent des rétrécissements permettant le passage d'un seul véhicule plutôt que les deux dévoiements prévus dans les plans.

MVW demande de suspendre ce projet et de l’inscrire dans le Schéma de Développement Communal et du Plan de Mobilité et d’assurer dans ce dossier la transparence et la participation citoyenne et en y associant tous les riverains qui souhaitent s’impliquer dans l’aménagement de leur voirie et quartier, notamment sur le volet Sécurité.

 

Aménagement de la Place Capouillet (suite)

MVW peut comprendre que ce projet est une opportunité pour rénover la place Capouillet avec l’aide de subsides de la Région. Cependant, le projet présenté comme esquisse au dernier Conseil n’est pas acceptable en l’état (voir échos décembre sur son contenu).
Est-il, dès lors, possible, après accord de la Région d’accorder un subside sur base de cette esquisse, de la modifier en profondeur ? Lors du Conseil communal du 28 janvier, la Bourgmestre n’a pas répondu clairement à notre question.


Aussi, MVW s’est abstenu : accepter le projet tel qu’il est présenté, même si l’on parle d’esquisse, c’est prendre le risque qu’il ne soit modifié qu’à la marge et ne prenne pas en compte les nombreuses questions encore en suspens.

 

 

 __________________________________________________________________________

 

Echos décembre 2018  31

Réunion du quartier de la place Capouillet

Voici quelques échos sur le contenu de l'esquisse relative à la rénovation de la place et du projet de remplacement de l’ancienne usine Spechim par un immeubles à appartements et bureaux, présentés lors de la réunion du 17 décembre 2018 des habitants du quartier avec les autorités communales.

Le centre de la place est aménagé en piétonnier. Le haut de la place, du côté de Spechim, et la partie de la rue Gouttier entre celle-ci et l’avenue Emile Dury sont transformés en une zone 20 appelée aussi zone de rencontre, soit un piétonnier avec passage possible en zig-zag pour les autos dans les 2 sens. Le bas de la place (côté Carrefour express) et la partie de la rue Gouttier, entre celle-ci et la rue Mathot, deviennent une zone 30.

 Haut de la place et rue Gouttier : zone 20                Bas de la place et rue Gouttier : zone 30

Les places de parking sur la place, toutes situées côté du Carrefour express, passeront de 40 à 19. A noter que le plan ne prévoit pas d ’emplacement pour un camion qui livre à ce Carrefour express !
Dans la partie de la rue Gouttier, entre la place et l’avenue Emile Dury, le nombre de places de parking passeraient de 11 à 9.
Au total il manquerait donc plus de 20 places de parking sur le site de la place Capouillet.

Après démolition de l’actuel bâtiment Spechim, la société Propinvest érigera un bloc de 28 appartements avec bureaux au rez- de- chaussée, ce qui représente une densité de plus de 100 logements à l’hectare soit 5 fois plus que la densité actuelle de la place Capouillet et du quartier environnant !

45 places de parking prévues dans le bloc d’appartements : il manque donc au moins une douzaine de places pour les habitants et les occupants des bureaux du building.

 Pour MVW, il est inacceptable que la densité reste aussi élevée par rapport au bâti autour de la place Capouillet ! Ce serait un signal aux promoteurs que toute la place Capouillet pourrait à l'avenir être ceinturée d’immeubles à appartements avec une densité 5 fois supérieure à celle de ce quartier du Chenois actuellement.

MVW demande que ce projet soit révisé et que la densité de l’habitat soit divisée par 2, donc maximum 14 logements et que le nombre de places de parkings tienne compte du nombre de logements et aussi de celui des travailleurs dans les bureaux et des visiteurs.

 MVW demande que ce projet soit intégré dans le futur Schéma de Développement Communal et dans le futur Plan de Mobilité et qu’il soit gelé jusqu'à leur mise en oeuvre.

MVW demande que le plan adapté soit présenté au conseil communal et à la CCATM et ceci avant l’enquête publique ou la décision définitive du Collège sur ce dossier.

 

 Un nouveau bus express en avril au départ de Waterloo !

 

 

Le Ministre wallon de la Mobilité, Carlo DI ANTONIO

 
tient à vous informer de la création d’une nouvelle ligne de bus EXPRESS* entre Waterloo – Braine l’Alleud – Genappe – Ottignies-Louvain-la-Neuve – Wavre.

Ces bus seront opérationnels dès avril 2019.

* Les lignes Express du TEC sont des lignes de bus qui vous permettent de rejoindre rapidement des centres urbains. Nombre d’arrêts limités et itinéraires directs vous assurent un gain de temps appréciable.

 

 __________________________________________________________________________