Armistice 2016 à Waterloo  15
A côté du traditionnel hommage aux combattants des deux Guerres au Monument au Civisme sur le parvis de l’église Saint Joseph, aux cimetières du Centre et de Sainte Anne ainsi qu’au Mémorial dans le hall de la Maison communale, soulignons le prêche du Père A. Vinel, curé de la paroisse Saint Joseph, lors de la messe suivie du Te Deum en l’honneur des souverains.

 

Celui-ci rappela que l’église célébrait, le 11 novembre, Saint Martin. Il fut un précurseur de la construction européenne, optant pour l’ouverture aux autres, le rassemblement, gages de paix pour notre Europe.

 

Puissent ces paroles résonner chez chacun de nous en ces jours sombres où des apprentis- sorciers veulent dépasser les chefs de file du populisme, dans un rejet de tout ce qui est différent (lire aussi réactions à l’élection de Donald Trump).

 

Une délégation de MVW-CDH a participé au programme mis sur pied par l’autorité communale.

 
Deux membres de la délégation : Jean-Michel Cassiers (à g.) et Bernard Catala (à d.)

 

_______________________________________________________________________________

 

 

 

" UNIR POUR ALLER DE L'AVANT "   14

Discours de Benoît Lutgen, Président du cdH, à la Fête des Familles.
Bruxelles, dimanche 4 septembre 2016.
 

Chères amies, Chers amis,

Vous êtes venus nombreux, en famille, avec des amis, de nombreuses associations nous ont rejoints. Je vous remercie. Vous êtes nombreux, malgré la pluie, pour exprimer notre détermination. C'est un plaisir d'être ensemble. Ce matin, c'est une nécessité aussi. Pour exprimer ensemble ce qu'être humaniste signifie !

Ce vendredi, notre pays, et plus particulièrement la région de Charleroi, a subi un nouveau choc. La violence cette fois vient de la direction du groupe américain Caterpillar. L'annonce faite aux travailleurs de fermer purement et simplement le site de Gosselies est brutale. Elle est indécente au regard des efforts considérables fournis par les travailleurs pour conserver leur outil de travail. Elle est scandaleuse car le groupe a bénéficié d'avantages fiscaux et de soutiens publics importants dont les actionnaires empochent le dividende au mépris de la population belge. Ce "Monopoly" économique est cynique, méprisant et injurieux.

Notre amitié pour les citoyens américains, dont les parents et grands-parents se sont battus pour notre liberté est blessée par ce qui se passe. Il ne peut y avoir de libre échange sans respect pour les citoyens, pour les travailleurs. Un grand marché comme celui dont rêvent les actionnaires de Caterpillar, c'est non.

La Wallonie a réclamé, la première, l'arrêt du TTIP. L'Allemagne et la France ont sifflé la fin des négociations. La Belgique doit exprimer la même détermination, d'une seule voix ! Je me réjouis de l'unité affichée pour soutenir les travailleurs de Caterpillar. Cependant, l'unanimité ne doit pas valoir que dans les drames. Pour nous, elle compte d'abord, sans aucun doute, dans l'action.

Je comprends et je partage la colère, l'amertume, la tristesse des travailleurs, de leur famille, de leurs proches. Et je veux le dire ce matin, avec modestie et détermination. Nous ne resterons pas les bras ballants. Nous préparons une réponse forte pour les travailleurs, pour notre région et pour l'avenir de leurs enfants.

J'en appelle à l'unité pour défendre et développer l'emploi. Oui, pour une Belgique unie dans la lutte contre le dumping social.

Nous devons intervenir à tous les niveaux :

1. Au niveau européen, nous avons besoin d'une ambition forte pour l'harmonisation des politiques fiscales et sociales : la grande braderie sociale et les travailleurs en solde, ce n'est pas l'Europe que nous voulons. Nous demandons à la Commission de mettre à son agenda la mise en place du mécanisme d'écluse sociale et environnementale. Il s'agit d'un correctif fiscal sur les biens importés qui ont été produits à moindre coût parce qu'ils ne respectent pas les droits humains ou les standards de protections sociales et environnementales qui sont les nôtres. C'est la seule manière d'être plus fort pour résister à la concurrence économique. Et faire progresser partout les droits humains et la cause environnementale. Les valeurs que nous portons doivent être respectées dans les relations d'affaires et le commerce international. C'est notre vision de la régulation des marchés : humanisme et développement économique doivent aller de pair.

J'entends enfin que la Commission est disposée à réviser le Pacte de stabilité pour permettre d'amortir plus humainement les chocs économiques et financiers. C'est un pas, timide, dans la bonne direction.

2. Au niveau fédéral et au niveau régional, il faut, d'une part, bien sûr, récupérer les avantages indûment perçus par Caterpillar et d'autre part, accompagner chacun des travailleurs tout au long de la procédure de la loi Renault. Nous voulons envisager toutes les alternatives, les soutenir pour obtenir les meilleurs compensations financières et accompagner leur reconversion, par la formation et la création de nouvelles entreprises.

La réforme de l'impôt des sociétés doit être mise sur le métier sans plus tarder. Il y a deux objectifs : d'une part la suppression des intérêts notionnels. On mesure violemment à quel point leur coût exorbitant ne constitue aucune garantie pour l'emploi. D'autre part, nous voulons le retour de l'équité fiscale à l'égard des PME et des indépendants. Car ce sont eux qui créent les emplois. Depuis 10 ans, des politiques nouvelles ont amorcé et engagé le redéploiement économique de la Wallonie. Il est temps que l'outil fiscal fédéral soit mis au service du Plan Marshall. L'unité dans l'action des gouvernements fédéral et régional est la seule voie à suivre.

Au niveau local enfin, tous les mandataires de Charleroi, notre députée Véronique Salvi et notre échevin Eric Goffart, sont mobilisés pour soutenir toutes les familles concernées par la fermeture de l'usine Caterpillar.

***

Mesdames, Messieurs,

Pour faire avancer le pays en matière socio-économique, oui, il faut des grands projets. Nous les avons déjà lancés avec, entre autres, le Plan Marshall, le Pacte d’Excellence et la construction de quartiers nouveaux. Ces grands projets, la sécurité et le bien être des citoyens, de nos enfants, des générations actuelles et futures ont besoin d'une grande unité nationale. Que chacun ait l'audace de dépasser les clivages politiques ou les petits calculs électoraux. Chiche ? Offrons cette perspective à tous les Belges. Et même avec l'espoir que certains au gouvernement fédéral veuillent construire le pays et non plus le détruire à petits feux.

***

Chers Amis,

Nous vivons une période troublée, déstabilisante à plus d'un titre. Quels que soient les drames, notre attitude, doit être à la hauteur du défi. Nous – vous qui représentez le cdH –, nous ne choisirons jamais – jamais – ni la résignation, ni la peur ni le repli.

Vous me connaissez. Je vous propose d’aller droit au but.

Nous choisissons l'engagement, les projets, la participation. Nous choisissons d’investir dans l'éducation, la culture, le soutien aux familles, dans les associations. Nous sommes avec ceux qui entreprennent. Par cette attitude, nous voulons susciter une nouvelle génération de citoyens, debout. C'est une réponse forte et humaine aux changements que nous connaissons. Agir pour ne pas subir !

Investir dans la sécurité, c'est une évidence, c'est nécessaire. Mais qui peut croire que c'est suffisant. Ca ne fait pas encore un projet de société. Nous avons tous envie et besoin de pouvoir circuler librement sans appréhension. Notre arme de construction massive, c'est le citoyen.

Nous avons choisi d'être ici, à Bruxelles. Aujourd'hui, ensemble, à proximité de la station Maelbeek… Cela veut dire beaucoup. Nous avons relevé la tête et nous voulons voir plus loin. Ne pas avoir le nez dans le guidon, mais voir l’horizon.

Le 22 mars, Monsieur El Bachiri a perdu sa femme dans le métro. Ecoutez sa réaction, je le cite : «D’un côté, je suis une victime. De l’autre, je suis un terroriste potentiel aux yeux des autres car je viens de Molenbeek et je m’appelle Mohamed. Je veux montrer qu’ils se trompent. Je suis un homme de la liberté et de l’amour».

Voilà pourquoi nous sommes ici au cœur de notre capitale, avec tous les Bruxellois. Oui, notre capitale vivra. Tous les Belges doivent tant à leur capitale : nous sommes tous des Bruxellois. Merci pour votre accueil !

***

Chers Amis,

Nous ne répondrons jamais aux explosions par des vociférations. Nous n'alimentons pas un climat puant imposé par des populistes qui prétendent gérer l'Etat. Des pompiers-pyromanes, voilà ce qu'ils sont, c'est tout !

Nous répondrons toujours par l'espoir, les projets, l'enthousiasme : faire ce que nous disons et construire l'avenir ! C'est notre premier engagement. Plus que jamais notre pays a besoin d'engagement et d'un souffle nouveau !

Par exemple, offrons la chance d'un parcours-citoyen à chaque jeune ! Notre proposition est simple : prendre 100 jours au service d'une cause d'intérêt général, d'un projet collectif reconnu. Aujourd'hui déjà, ils sont des milliers à s’engager au service de la société. Ils donnent plus de sens au monde qui les entoure. Ils offrent de leur temps, de leur énergie et reçoivent tant en retour, dans les homes, les écoles de devoirs. Ils sont animateurs de mouvement de jeunesse, accompagnateurs social ou coaches sportifs. Le monde associatif crée tant d'opportunités simples et concrètes pour réaliser ce parcours. Les jeunes ont rendez-vous avec leur Pays. Libérons cet énorme potentiel d'énergies positives ! Les valeurs de tolérance, de respect… doivent être ancrés profondément chez chacun. Faisons du parcours citoyen un passage obligé et fraternel, pour mieux vivre en société.

Notre réponse pour donner du champ à la jeunesse, c'est le "Pacte d'Excellence". Son objectif : tirer tout notre enseignement vers le haut et rendre à l'ensemble des enseignants la fierté de transmettre leur savoir. Nous ne baisserons pas la barre pour la franchir plus facilement. Au contraire ! Nous aiderons chaque enfant à mieux la franchir et à vouloir la relever encore. C'est un pacte, d'excellence et d'exigence. Pour l'enfant et son parcours de vie.

Marie-Martine a repris avec brio le flambeau de Joëlle, pour former ce pacte. et rassembler largement les acteurs. Ce projet nous le réussirons, avec l'engagement et la mobilisation de chacun : les enseignants, les pouvoirs publics, les pouvoirs organisateurs, et aussi les parents, les élèves eux-mêmes. C'est notre avenir commun qui se joue. Nous aurons posé les bases de ce projet dans les prochains mois. Le Pacte, c'est le plaisir d'apprendre, le goût de l'effort, la volonté de se dépasser, le goût des autres. Le Pacte d'Excellence, c'est une grande exigence politique, collective et personnelle.

A ceux qui douteraient de notre détermination, je rappelle amicalement qu'ils doutaient aussi d'autres projets que nous avons pourtant bel et bien réalisés, en dégageant les budgets adéquats. Ce que nous avons dit, nous le faisons.

Avec notre cheffe de file à la Fédération, Alda, et Joëlle avant elle, notre promesse aux accueillantes d'enfants est tenue : elles sont enfin revalorisées et sur la voie d'obtenir un statut complet, pour lequel nous continuons à nous battre.

Notre engagement à créer une assurance-autonomie pour les aînés, nous le concrétisons aujourd'hui avec Maxime. Il pose les bases de cette nouvelle assurance sociale. Vivre plus vieux, c'est une réalité. Vivre mieux, c'est ce que nous préparons.

Céline obtient des résultats dont nous sommes fiers pour la qualité de vie, l'amélioration de la qualité de l'air – l'ensemble du territoire devient zone "basse émission" de particules en 2018 – et le respect du sommeil des Bruxellois : Céline est à la pointe des actions contre les nuisances aériennes.

Sous la houlette de Carlo, deux engagements qui nous tiennent à cœur avancent très bien : la mise en projet des quartiers nouveaux et de nouvelles solutions de covoiturage. Certains ont ricané, ces projets prennent corps.

Dernière nous, au Conseil européen, René se bat jour après jour, avec la force qu'on lui connaît pour obtenir l'exception agricole contre la vision ultralibérale qui abandonne nos agriculteurs et notre alimentation aux spéculations. Ce qui est possible en culture avec le prix unique du livre doit être possible pour l'agriculture. Oui à l'exception culturelle, oui à l'exception agricole !

Enfin, je veux dire ici clairement à tous : nous souhaitons revaloriser les allocations familiales et mieux prendre en considération la situation des familles. Mais que les choses soient dites : un enfant sera toujours égal à un enfant. Les allocations ne sont pas un régulateur des inégalités. Elles sont un moyen de subvenir aux besoins de tous les enfants. Tout le monde contribue à ce pilier de la sécurité sociale et tout le monde en bénéficie. Ceux qui veulent sortir du modèle vont casser la solidarité entre les Belges et recréer de nouveaux pièges à l'emploi ! Et s'en prendre à la classe moyenne qui constitue la force battante de notre pays.

Oui, l'alternative humaniste est en marche. Sans créer de conflits stériles, sans show populiste, nous avançons. Et le rythme est soutenu.

***

Chers Amis,

La peur ne prépare pas l'avenir ; elle en ronge les racines. Elle n'est pas un moteur de gouvernance. Au contraire, nous voulons mettre de l'optimisme et de l'humanisme en politique. Entre l’angélisme et le populisme, nous traçons la troisième voie.

En famille on peut tout se dire… alors je vous le dis en toute franchise. Je ne veux pas de cette société de la peur qu’ils veulent bâtir. Je ne veux pas de cette présomption de culpabilité dont ils veulent frapper ceux qui ne leur ressemblent pas.

Face à l'horreur, au tragique, à l'insensé, à la folie, nous recherchons tous des explications, des réponses. Et nous y avons droit. Il n'y a cependant que deux catégories de réponses : les réponses simplistes et les réponses volontaristes, courageuses. Notre devoir, c'est d'agir avec intelligence, avec sérieux, avec mesure.

A la peur, nous opposons les valeurs de l'homme debout, libre pour entreprendre, soutenu dans son action, attentif aux autres. Cet homme-là a droit à la sécurité et pas seulement à un discours sur la sécurité. C'est notre deuxième engagement.

A ce défi de la sécurité, nous répondons, avec force et dignité. Nous avons d'ailleurs répondu très tôt. En proposant au gouvernement des actions précises.

Tergiverser, ça suffit ! Nous avons perdu trop de temps. Aujourd'hui, je dis, à la majorité comme à l'opposition, au MR, au PS, à Ecolo : le CDH a déposé des propositions très concrètes. Laissez de côté les petits calculs électoralistes et votons. Votons le contrôle systématique de ceux qui reviennent des zones de combat, votons les mesures de retrait des contenus haineux et de la propagande djihadiste sur Internet et les réseaux sociaux, votons l'extension de la 'garde à vue' de 24 à 72 heures pour les infractions terroristes. Votons ! Avançons !

Ce signe de confiance, nous devons le donner à la population aux magistrats, aux forces de l'ordre qui ne cessent de dénoncer le manque cruel de moyens.

Il est incompréhensible, vu la gravité de la situation, vu les risques, que le gouvernement MR-N-VA reporte encore le moment de rassembler la Nation, qu'il retombe une fois encore dans un réflexe "majorité-opposition". C'est une faute politique grave, voire historique. Pour une réforme institutionnelle, on réunit tous les présidents de parti pendant des jours, des mois, des années mêmes. Pour une réponse nationale, forte… pas une réunion. Oui, les citoyens ont besoin de voir les responsables politiques dépasser les clivages, leurs amertumes, leurs frustrations et travailler ensemble à l'intérêt vital du pays.

Certains rêvent d'un Patriot Act à l'américaine et sont prêts à reculer sur les droits fondamentaux. Nous ne voulons pas de Patriot Act mais des actes patriotes.

***

Chers Amis,

Notre réponse, c'est la citoyenneté, c'est-à-dire, l'engagement pour les valeurs communes, la participation au projet de société. Voilà ce qui doit nous mobiliser. C'est notre troisième engagement.

La société que nous bâtissons pour nos enfants, c’est une société toujours plus humaine, de partage, de respect et de responsabilité. Pas de l’exclusion ou de la haine. Rassembler, c'est donner à chacun la possibilité de participer à la vie sociale. La citoyenneté comporte des droits et des devoirs. Chacun doit participer au projet de société et en accepter toutes les dimensions.

L'été a apporté son lot de petits calculs électoraux : la suppression de l'obligation de vote pour le MR, et le droit de vote des étrangers – mais à Bruxelles seulement – pour le PS. Pour nous, la citoyenneté ce sont des droits et des devoirs, pas ce shopping électoral qui brade le prix de la citoyenneté.

Etre Belge, ce n'est pas rien, c'est un engagement, c'est participer aux élections, c'est contribuer au projet collectif, c'est respecter les autres quelles que soient leurs croyances ou non croyances, c'est développer la conscience d'appartenir à une même communauté de destin. L'humanisme, c'est le citoyen d'abord.

1. Oui, nous faisons confiance à l'initiative citoyenne. Nous ne pouvons pas laisser le marché et les algorithmes tout arbitrer dans notre société. Il est urgent de restaurer le sens du débat public sur ce qui est d'intérêt commun et de mettre sur pied de nouvelle forme de participation. Les communications électroniques le permettent. Il n'y a qu'une réforme de l'Etat à préparer, c'est celle-là. Pour le reste, c'est stop à la tuyauterie institutionnelle. Comme mouvement politique, le CDH, prend sa part dans la promotion d'une nouvelle citoyenneté. C'est pourquoi, j'ai décidé la création d'une coopérative pour le développement humain. Elle catalysera l'action citoyenne en lien avec la société civile et sera notre levier de démocratie participative. Les citoyens pourront se l'approprier et en faire leur outil d'engagement  politique pour y développer des idées, des projets, avec d'autres, autour de valeurs communes. Je vous donne rendez-vous très prochainement.

2. Le CDH fait confiance aussi aux associations dans tous les domaines où l'Etat comme l'individu seul sont incapables d'apporter des solutions efficaces, chaleureuses, pertinentes, simples : éducation et parascolaire, santé, culture, sport et loisirs, partage des connaissances et des savoir-faire, mise en commun de ressources et de projets, etc. L'action associative est irremplaçable. Les ministres CDH, chacun dans leurs compétences prendre toutes les mesures utiles à soulager la trésorerie des ASBL, à assurer l'égalité de traitement, à réduire la charge des démarches administratives.

3. Confiance naturelle encore dans la créativité des entrepreneurs. Avec la réforme annoncée de l'Impôt des sociétés, l'épreuve de vérité a peut-être commencé. Oseront-ils couper dans les avantages disproportionnés des multinationales pour donner enfin aux PME – à toutes les PME – les outils de leur croissance ? Les chefs d'entreprise ont aussi besoin de la confiance des travailleurs. Continuer à dévaloriser le travail en proposant sans cesse de le réduire à tout prix, ça ne va pas. Promettre de travailler à 80% pour gagner 100%, c'est se moquer des gens. Entre le modèle de la droite – travailler plus pour gagner moins – et celui de la gauche – travailler moins pour gagner plus, nous avons proposé le compte-carrière dont le gouvernement fédéral peut s'inspirer.

***

Chers Amis,

Travailler, souvent sans compter, c'est ce que font tous ceux qui inventent aujourd'hui de nouvelles manières d'enseigner, ceux qui proposent d'autres solutions de mobilité, ceux qui exploitent le potentiel énorme des technologies numériques pour créer de nouveaux services, ceux qui exercent les métiers du cœur et ceux qui développent déjà les métiers de demain. Aidons ceux qui aiment l'humanité, ceux qui ont la passion de l'autre et qui ne l'échangeraient pour rien au monde ! Vous qui représentez le monde associatif, vous, agriculteurs, enseignants, éducateurs, magistrats, entrepreneurs, chercheurs d'emploi, infirmiers, assistants sociaux, vous êtes semeurs d'humanité. Ces hommes et ces femmes font grandir la part de lumière qui est présente en chacun.

Dans le contexte actuel, nous devons résoudre quelque chose qui ressemble un peu à une contradiction. La meilleure réponse au terrorisme est de ne rien changer à l'exercice de nos libertés, à nos modes de vie, à nos manières d'agir, à ce que nous sommes. En même temps, la meilleure réponse aux défis humains actuels est de changer en profondeur nos manières de nous déplacer, de nous loger, d'entreprendre, d'apprendre, de réfléchir… Nous voulons aller à l'essentiel : investir pour les jeunes, les citoyens, les familles.

En fait, le défi est à la fois simple, colossal et passionnant : nous devons réinventer une humanité plus forte, plus exigeante, plus belle.

Je vous souhaite une belle rentrée !

 

 _______________________________________________________________________________

Nouvelles Maison de Repos et de Soins et Résidence-Service à Waterloo !  13

Notre conseillère CPAS Beatrix Marchand-Alaerts a été invitée à représenter le Ministre de la Région wallonne, Maxime Prévot (CDH) chargé, notamment, du logement des seniors,  à l’inauguration de la Maison de Repos et de Soins Bonaparte et de la Résidence Service Argenteuil.

La Maison de Repos et de Soins Bonaparte fonctionne déjà depuis un an. Elle est sise à Waterloo dans le site Bella Vita, Allée André Delvaux, 17.


Résidence Bonaparte : maison de repos et de soins

 

 La Résidence Argenteuil, lui fait face au n° 18, et vient de s’ouvrir.

 
Résidence Argenteuil : une seigneurie

Les deux établissements font partie d’une chaîne française " ORPEA ".

Après l’inauguration, notre Conseillère a pu effectuer une visite officielle des deux établissements, accompagnée du directeur-fondateur d’ORPEA, de la directrice de la filiale ORPEA Belgium, ainsi que de la directrice des deux établissements de Waterloo, Madame Isabelle Lona.
Et voici son commentaire !
Les deux structures sont somptueuses, les chambres sont spacieuses, le cadre est superbe, seuls les jardins sont  en voie d’achèvement.
Dans la maison de Repos Bonaparte, chaque étage est équipé d’un centre de balnéothérapie, d’une salle de détente (avec musique apaisante, parfums aux huiles essentielles…), des kinés et des ergothérapeutes y animent des activités diverses.
Au -1, il y a un centre de beauté et de coiffure. Dans chaque salle, des membres du personnel, qui semblent fort compétents, accueillent les visiteurs pour expliquer les soins et le sens de leur démarche.
Les repas sont préparés sur place, une formule à la carte, l’équipe hôtelière les sert sur assiette dans la salle de restaurant.

Ces’établissements  s’adressent plutôt à un public privilégié sur le plan financier !
Cependant, l’emploi est gagnant : 50 équivalents  temps plein, soit la taille d’une moyenne entreprise.

                                                                                                                                       05.07.16

                                                                     

 

_________________________________________________________________________________

21 mai drink de l'amitié en l'honneur d'Etienne Fabri d'Enneilles   12

Pour remercier Etienne de sa fidélité à nos valeurs humanistes et de son travail rigoureux au profit de tous les habitants de la commune, le Comité du cdH de Waterloo a organisé une fête au Parc de la Cense, maison de repos et de soins où il demeure depuis son accident de santé. Ses enfants, de nombreux membres et amis ont tenu à partager le verre de l’amitié avec Etienne.

 

Au cours de cette rencontre conviviale, André Antoine, président du Parlement de Wallonie et Jean-Michel Cassiers, président du CDH de Waterloo, ont tenu à lui rendre hommage pour ses 34 ans au service de tous les Waterlootois, d’abord comme Conseiller CPAS, puis comme Conseiller communal.

André Antoine déclara notamment : " "Cher Etienne, assistant social de formation, tu t'es toujours consacré aux plus démunis. Depuis plus de 30 ans, tu as assumé tes mandats (Agence locale pour l'emploi, Intercommunale des eaux du centre du Brabant wallon, conseil communal de Waterloo) avec ténacité, rigueur et honnêteté. Waterloo est connue pour ses trois lions : celui de la butte, Serge Kubla et toi. Loyal gardien de la démocratie et courtois, tu as su quitté la peau du lion pour celle du renard. "
A l’issue de son speech, il lui remit le beau et intéressant livre de l'échevine brainoise Véronique Denis-Simon 1815-2015 200 ans d'histoires autour de la butte du Lion.

 

 

Jean-Michel Cassiers a notamment mis en exergue la qualité du travail d’Etienne comme Conseiller communal : " ta connaissance et maîtrise des dossiers ont forgé le respect de tous au Conseil communal…. Un travail de qualité récemment encore souligné par les autorités communales et en particulier la bourgmestre qui a rappelé lors de la séance du conseil communal du 25 avril que tu as toujours été constructif, honnête, rigoureux et respectueux."
Il conclut son intervention par un merci vibrant " pour ce que tu as donné pendant toutes ces années, merci aussi pour ton soucis de transmettre ta passion à la jeune génération et le relais que tu passes aujourd’hui à Valentine Percy qui poursuivra avec détermination et enthousiasme le travail et le combat que tu as menés avec le cdH pour Mieux vivre à Waterloo !"

 

Enfin, Benoît Thoreau, Président de l’arrondissement du Brabant wallon, a lu une lettre de Benoît Lutgen, Président national du CDH, qui souligne notamment :" La personne à laquelle nous rendons hommage aujourd’hui avec un immense respect, une immense affection, illustre ce que notre parti, le cdH, incarne de plus profond : le sens de l’engagement, la solidarité, le devoir de dignité. Et je dirais, en reprenant le titre d’un film marquant : "le goût des autres ".

 

Après cette réception, un déjeuner intime a réuni Etienne et des membres du Comité.

 

 

____________________________________________________________________________

 

CDH : l’audace de l’anticipation     11

Tel fut le titre de l'émission de TV Com du 26 avril pour évoquer les projets du CDH en Brabant wallon. Y participèrent André Antoine, président du Parlement de Wallonie, Benoît Thoreau, réélu la veille à la présidence de l'arrondissement cdH du Brabant wallon et notre nouvelle conseillère Valentine Percy.

 

 

 

La réélection de Benoît Thoreau fut aussi l'occasion de rappeler que le cdH en Brabant wallon est une force politique unie qui anticipe sur les défis de demain :


les échéances électorales ne doivent pas à elles seules jalonner l'action politique. C'est pourquoi le cdH s'inscrit dans un horizon de moyen et long terme. Nous voulons identifier dès à présent les enjeux essentiels qui nous attendent, et y apporter des solutions à échelonner sur une plus longue période, bien au-delà de la vision court-termiste sinon électoraliste d'une législature.

Un exemple : le défi démographique

Il devrait mobiliser tous les mandataires politiques de notre Province, dès aujourd'hui. Aujourd'hui, le Brabant wallon compte près de 400.000 habitants. Dans 45 ans (en 2060), nous serons 487.500. Avec des conséquences inéluctables si nous ne prenons pas les mesures qui s'imposent. Et ces conséquences se feront ressentir dans les domaines qui préoccupent particulièrement les Brabançons wallons, ainsi que nous l'avions appris dans notre sondage Sonecom :

 

  • LOGEMENT : d'ici 2030, 21.000 nouveaux foyers peupleront la Province: il faut donc 21.000 nouveaux logements d'ici 15 ans. Grâce au cdH, l'idée des villes nouvelles et nouveaux quartiers est aujourd'hui acceptée. L'appel à projets lancé par le Ministre Carlo Di Antonio conduira à la réhabilitation de cinq sites en Brabant wallon, avec des milliers de logements à la clé. Mais pas suffisamment. C'est pourquoi le cdH-BW réclame que la Province exécute enfin son Contrat de développement territorial, et l'étoffe afin de préparer efficacement les décisions à prendre.

  • MOBILITÉ : actions de sensibilisations multiples, plan routes et ses 73 millions pour le BW, défense du RER en BW et mouvement des "motions RER", promotion du covoiturage (RECO)... Le cdH est en pointe en matière de mobilité. Mais nous ne voulons pas arrêter le combat, parce que qui dit augmentation de population dit aussi augmentation de fréquentation des réseaux routiers et de transports en commun. Le cdH souhaite donc que la Province ressorte et actualise le Plan provincial de mobilité, et fixe un programme d'actions sur 20 ans.

  • CADRE DE VIE : une vie harmonieuse dans nos communes passe par un aménagement harmonieux du territoire. Le cdH souhaite qu'une réflexion soit menée dans chaque commune, en lien avec la CCATM, au sujet d'un contrat de développement territorial pour les 10 prochaines années, afin de déterminer un schéma de l'espace local. Par ailleurs, un cadre de vie harmonieux passe aussi par un environnement sain et non pollué. Le cdH souhaite que la majorité provinciale adopte la proposition de résolution déposée par ses représentants à la Province, et qui engagerait le Brabant wallon vers la neutralité énergétique à l'horizon 2050 (Province à énergie positive 2050 - PEP's 2050).

  • OFFRE DE SERVICES : crèches, écoles, infrastructures pour personnes âgées... déjà saturés, ces services seront encore plus sollicités avec l'augmentation de la population. D'ici 2060, il faudrait sans doute 6 à 7 nouvelles écoles de 1500 élèves en Brabant wallon! Pour les seniors, nous avons besoin d'une étude prospective des besoins afin de dresser un Plan de développement des infrastructures (homes, maisons de soins...). Le cdH souhaite mettre autour de la table les associations spécialisées et les communes afin que seules ou ensemble, elles augmentent le nombre de places d'accueil. Assurance autonomie, développement des services à domicile, promotion des nouveaux types d'habitats, etc. sont autant de chevaux de bataille que le cdH entend poursuivre dans les prochains mois.

                                                                                                                           26.04.16

 

____________________________________________________________________________

 

Les vœux de MVW-CDH Waterloo ce 21 janvier 2016 10

MVW-CDH a invité membres et sympathisants à un apéritif de la nouvelle année à la salle des Colloques de la Maison communale de Waterloo.
Dans son speech, Jean-Michel Cassiers, Président de la section, a d’abord rappelé le lancement du site et l’envoi d’une lettre d’info mensuelle depuis mars 2015. Cette action permet de " relayer les initiatives et actions de nos mandataires, et activités organisées par le Comité. Les interventions de nos mandataires au Conseil communal y sont reprises en avant-première et de manière complète".
Après avoir remercié les nombreux contributeurs qui rédigent des articles et, en particulier, le vice-président de la section, Eric de Lannoy, en sa qualité de webmaster, il encouragea chacun à transmettre " l’information que vous souhaitez partager sur la vie de votre quartier, les projets, les enjeux, …Parlez-en autour de vous, transmettez-nous les noms et adresse de personnes qui pourraient être intéressées ".

Parmi les actions de l’année passée, il épingla la soirée speeddating organisée par Valentine Percy, dont nous avons rendu compte (voir ci-dessous rubrique 9).

Notre Président annonça enfin qu’aux élections internes de ce printemps 2016 " l’équipe en place est candidate à poursuivre son travail régulier de soutien aux mandataires. Elle s’attachera également à se mettre en ordre de marche pour l’échéance de 2018".

Ensuite, nos mandataires Bernard Catala et Beatrix Marchand (Etienne Fabri d’Enneilles était absent pour raisons médicales) ont tiré le bilan de leurs actions en 2015 et mis en avant leurs priorités pour la nouvelle année, ce qui clôtura la partie officielle.

 Photos


 


 

  

 

Encore plus d'archives?