Echos novembre /décembre 2016      16

 Avenues Marie-Louise/Malmaison /Claire/chaussée de Bruxelles

- Mise à sens unique partielle de l’avenue Marie-Louise dans le sens Avenue Reine Astrid/ Chaussée de Bruxelles, entre les avenues Malmaison et des Merles.

Il apparaît que plusieurs automobilistes continuent à emprunter l’avenue Marie-Louise, malgré le panneau sens interdit. Au courant de cette situation, notre Conseiller Bernard Catala a suggéré aux autorités de placer à l’entrée de l’artère, côté avenue reine Astrid, un panneau signalant la nouvelle configuration aux automobilistes.

 - Création d’un SUL(Sens Unique Limité aux véhicules à moteur) sur la partie de l’avenue mise à sens unique. 
Bernard Catala a également fait part de quelques mesures nécessaires pour que les cyclistes puissent l’emprunter en toute sécurité : il faudrait installer plusieurs panneaux à chaque croisement de rue pour signaler le SUL et idéalement effectuer un marquage cyclable au sol.

 - Conséquence de cet aménagement
Une circulation de plus en plus intense dans l’avenue Malmaison qui risque de s’étendre à des avenues voisines. Nous dénoncions ce danger lors du vote de cette mesure en juin et plaidions pour une approche globale de la mobilité (voir ici).

 
 Vue prise à l’entrée de l’avenue Malmaison : les véhicules vont s’y engouffrer…

 

- Tourne à gauche empêché de la chaussée de Bruxelles vers les avenues Marie-Louise et Claire

 
Vers l’avenue Marie-Louise                                         

 
Vers l’avenue Claire

 Ces aménagements sont conformes au Plan de circulation de 2009 et nous les préconisions dans notre rubrique de juin dernier, mais avec l’implantation d’un ilôt central au croisement de la chaussée avec ces 2 avenues (voir ici) ; les panneaux mobiles sont-ils provisoires ?

Mais faute de plan globale n’y aura-t-il pas report de la circulation vers l’avenue des Hirondelles située en amont de l’avenue Marie-Louise ?

 - aucune communication n’a été faite à l’ensemble des habitants des quartiers concernés par ces aménagements, ni sur les chiffres du comptage, ni sur les critères qui permettent d’évaluer le test en cours ! Qui a dit démocratie participative ? 

MVW-CDH le déplore et exige que les explications concernant ces modifications  et celles sur l’ensemble de la phase test ainsi que les chiffres de comptage  soient communiqués à la prochaine Commission Mobilité ainsi qu’à la CCATM(Commission Consultative Aménagement du Territoire et de la Mobilité).

 

Chaude ambiance au Conseil communal du 19 décembre !

 
Que de monde ce 19 décembre pour le Conseil communal

 Une bonne centaine de Waterlootois étaient venus assister à la séance du dernier conseil de l’année 2016.Dans leur très grande majorité, ils venaient montrer leur opposition au projet d’un nouveau quartier comprenant nouvelles voiries, habitations et centre scolaire rognant sur le Bois des Bruyères, cher au cœur de beaucoup et dernier poumon vert dans ce coin-là.

MVW-CDH, Ecolo, les mouvements de quartiers, les mouvements de défense de l’environnement comme Natagora s’étaient mobilisés autour d’une pétition de AIQW(Association Inter Quartier Waterloo), pétition distribuée dans les quartiers proches du Bois des Bruyères, au marché du dimanche et sur les quais de la gare.
Beaucoup avaient préparé un carton exprimant leur opposition :" Point 3, je dis non ".

Sans vouloir rentrer dans le débat, la Majorité a évidemment voté cet avant-projet immobilier le doigt sur la couture du pantalon, suivi en cela, comme d’habitude, par le conseiller PS. Ecolo et MVW-CDH s’y opposèrent avec des arguments estimables.
Lors de la discussion sur ce point, l’assistance fut interpellée par l’agressivité de la Bourgmestre, ce qui surprit de la part d’une personne respectée et ouverte à la discussion.

La majorité du public quitta alors la salle du conseil.

 

Réactions prises sur le vif à la sortie :

 

- De toute façon, cela ne sert à rien, ils font ce qu’ils veulent.

 

-  La Bourgmestre était si fâchée que je n’ai pas osé sortir mon carton "Point 3, Non".

 

-  Il faut attendre le plan définitif et l’enquête publique avant de juger.

 

- Ce n’est pas vrai, ils savent maintenant qu’on ne se laissera pas faire.

 

- Ce n’est pas normal que seul le Collège avait un micro et qu’on entendait mal  
  l’opposition.

 

 -  Mme Reuter dit qu’elle veut freiner les projets immobiliers. OUI ? Chaussée de
  Tervuren, projet du Vallon et maintenant ceci, Bravo !

 

-  Elle est peut-être obligée de tenir les engagements de Mr Kubla ?

 

-  Ecolo a bien parlé, Catala était un peu sonné par les injures reçues.

 

-  Attendons de voir quel sera le vrai projet et si cela menace vraiment les espaces
 verts.

 

 -  Pendant 30 ans, on n’a pas construit d’usine là-bas et maintenant, comme par
  hasard, il y aurait un risque, c’est ridicule.

 

 -  En tout cas, c’est Immobel qui va encore faire une bonne affaire après Bella Vita.

 

 -  Moi, j’en ai marre…pourquoi on n’a pas parlé de cela lors de la réunion de quartier
  plutôt que des cacas de chien ou des voisins bruyants ?

 

 Quartier de l’Ange : une évaluation mitigée

 - Rénovation de l’avenue de l’Ange
Les trottoirs ont été refaits de façon esthétique jusqu’au croisement Verbeeck, hauteur 15 cm par rapport à la voirie cela empêche bien sûr tout parcage sur le trottoir.

 
Vue hauteur nouveau trottoir

 

C’était, d’ailleurs, le but recherché car en soirée et le samedi les riverains voyaient leur rue encombrée par un stationnement sauvage de ceux qui renonçaient à se garer sur le parking Wellington.

 

- Conséquence de la rénovation de l’avenue :

  • diminution notable du nombre de voitures pouvant se garer le long des trottoirs avenus de l’Ange ;
  • obligation pour faire respecter cela de placer des bermes blanches, du marquage au sol, des panneaux préventifs ;
  • certains distraits se garent l’un en face de l’autre et obligent l’automobiliste "lambda" à zigzaguer ; que dire alors du passage dans un cas pareil d’un camion de pompiers, de livraison de mazout, du service de collecte des déchets !

 

- Parking "shopping"
Circulez un samedi dans ce quartier devient de pire en pire : quantité de voitures de personnes venues à Waterloo pour le shopping se garent avenues Napoléon, Wellington et de l’Ange, faute de trouver de la place dans le parking derrière les galeries. Et on voudrait multiplier les commerces… Il est temps de se pencher d’abord sur un plan global de Mobilité

  
 Un samedi… avenue Napoléon                            avenue Wellington

 

 

- Un Carrefour dangereux : Ange/Wellington/Verbeeck
Pour les automobilistes qui viennent de la rue Verbeeck ou de l’avenue de l’Ange et qui désirent emprunter l’avenue Wellington, quasi aucune visibilité sur la circulation en sens inverse et vice-versa.

 

Photo prise de l’avenue de l’Ange vers l’avenue Wellington au fond à g.

Placer des poteaux-miroirs serait hautement souhaitable et ne coûterait pas cher.

 

 

_________________________________________________________________________

 

 

 

Echos octobre 2016     15

 

Réseau cyclable et connecté : aussi à Waterloo !

Un Plan provincial d’itinéraires cyclables vient d’être examiné en Commission de Mobilité. Outre les itinéraires proposés pour le territoire provincial, il instaure des Points- Nœuds* ou balisages d’un réseau cyclable. Ceux-ci, utilisés depuis des années dans des pays ou régions voisines (Pays –Bas, Flandre…), s’implantent maintenant en Wallonie. C'est bien sûr un fait positif!

Venons-en au réseau : il se met en place tout doucement du fait que Waterloo n’a presque pas investi depuis 35 ans  dans la réalisation d’un vrai réseau cyclable dans la commune, connectable avec celui de communes voisines. Mais cette mise en œuvre tardive a pour conséquence que les itinéraires empruntent des voies de circulation encombrées, dépourvues de vraies pistes cyclables  ou munies de pistes cyclables en piteux état.

 
Chaussée Bara : piste cyclable dangereuse

 

Ces itinéraires proposés actuellement par le Plan provincial  sont donc loin d’être suffisamment sécurisés pour développer un usage quotidien voire touristique " sécur " du vélo à Waterloo !

MVW-CDH demande que l’état des pistes cyclables existantes soit rapidement et systématiquement renouvelé ou amélioré, notamment les seuils de pistes qui sont souvent de véritables casse- jantes et pneus !

Un autre aspect doit être également pris en compte : un cycliste doit pouvoir compter sur un réseau qui lui permet de rejoindre les différentes parties de Waterloo le plus rapidement possible.

Dans cette optique, voici des suggestions d’amélioration et d’aménagements du réseau à Waterloo.

- Un cycliste partant de la drève Dudinsart ou du chemin des Postes ( Chenois) pour aller au Faubourg ( drève de la Meute, croisement de l’avenue  des Chasseurs ) passera par le chemin des Cochons et la drève des Chasseurs : gain de temps estimé de 40% par rapport au trajet proposé par le plan provincial qui passe par la gare de Waterloo et la drève de l’Infante ou la nouvelle drève du Triage et les avenues Florida et Beau Séjour !

 
A partir du chemin des Postes, vue du début de la drève des Cochons au Chenois

  

- Un cycliste partant du Chenois vers "Bella Vita" : le faire passer par l'allée du Triage plutôt que par celle de l’Infante ; il bénéficiera d’une liaison directe  par piste cyclable ! Cette solution a été retenue par la commune.

 
Entrée Allée du Triage côté avenue des Pâquerettes

 

- Des cyclistes (principalement des élèves du Cardinal Mercier ou de la Vallée Bailli) venant du centre de Waterloo par le chemin des Noces iraient nettement plus rapidement à leur école par la rue du Longchamp , le sentier Gaspard et le chemin des Roussettes , au lieu de devoir faire un détour par la rue du Ménil ; il y aurait des aménagements à réaliser , notamment un " Sul " ( Sens unique limité aux vélos) ou mieux une piste cyclable en site propre…

 
Carrefour Noces /Bara/Longchamp                  Rue du Longchamp vers Braine-l’Alleud                                 
 (ici Sul à prévoir) 
                                                                       

 

- Des habitants du Ménil ou du quartier Sainte Anne rejoindront plus rapidement et en sécurité la chaussée de Louvain par les rues Saint Anne et Victor Hugo.

 
Rue Victor Hugo, tout au bout la chaussée de Louvain

 

D’autre ajouts (piste de la chaussée de Tervuren existante mais en mauvais état) ou créations sont possibles  Deux exemples de création :

 

- entre la drève Richelle et le Berlaymont, le long du talus de l’autoroute, création d’une piste cyclable en site propre ; gain de temps de 50% pour les habitants du quartier des
" Baraques"(en face de St John) qui veulent se rendre à Argenteuil !

 
Début d’une piste cyclable possible vers Argenteuil

 

- La réalisation d’un sentier piétons et d’une piste cyclable de Bella Vita vers Beau Séjour, prévue dans la convention AIQW/ Bella Vita, aux frais de Bella Vita,  permettrait de désenclaver la plus grande partie du Faubourg : gain de temps 50% pour rejoindre le centre de Waterloo.

 
Un passage à travers Bella Vita : itinéraire direct et sure pour le Faubourg

  

MVW–CDH continuera avec l’aide des associations de quartiers, des habitants et des cyclistes et piétons ‘au quotidien ‘ à  promouvoir des infrastructures cyclistes et piétonnes pour circuler en sécurité et rapidement à Waterloo et aussi vers les communes voisines et Bruxelles.
___________________

* Points-Nœuds : système de fléchage d’itinéraires cyclables aussi simple qu’ingénieux. Erigés en réseaux, ils permettent de circuler sans carte sur des milliers de kilomètres.

 
Concrètement, dans un périmètre large et défini, des numéros sont attribués aux croisements stratégiques de voiries cyclables. Ces numéros sont ensuite repris, pour chaque carrefour, sur des panneaux qui indiquent également la direction d'autres carrefours numérotés appartenant au réseau                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                          

 

De Maison du Tourisme à Syndicat d’Initiative !

Responsable de ce changement de statut, le Ministre du Tourisme, proclame la Majorité ! Après enquête, voici la raison de ce changement.

L’actuelle majorité régionale (PS-CDH) a prévu dans sa Déclaration de Politique Régionale de 2014 une rationalisation essentielle de l’organisation institutionnelle du tourisme en Wallonie, une des pistes d’économies qui, sans nuire au service au public, permettent d’éviter de recourir à de nouveaux impôts régionaux pour combler le déficit public.

Le nombre de Maisons de Tourisme pour la Wallonie passe de 42 à 28. Trois Maisons de Tourisme au lieu de cinq sont prévues pour le Brabant wallon.Vu qu’il n’existe pas de Fédération touristique provinciale (contrairement aux autres provinces),
le Ministre Colin (CDH)  a laissé au MR du Brabant wallon le choix de leur localisation.

Celui-ci a décidé de les situer à Jodoigne Wavre et Nivelles.

MVW-CDH regrette vivement ce choix du parti majoritaire : Nivelles au lieu de Waterloo pourtant site touristique clef du Brabant wallon.

Heureusement, un Syndicat d’initiative remplacera, à partir de janvier 2017, la Maison du Tourisme. Il recevra un subside régional pour continuer à développer l’offre touristique de notre commune.

 
Syndicat d’Initiative ou Maison du Tourisme

En conclusions :
- le choix du lieu vient de l’acteur provincial prépondérant et non d’une décision arbitraire d’un ministre et de son cabinet ;
- l’essentiel est préservé : Claude Etienne, directeur actuel de la Maison du Tourisme, et son équipe pourront poursuivre leur travail dynamique au bénéfice du tourisme à Waterloo.

 

__________________________________________________________________________

 

Echos septembre 2016     14 

Carrefours Richelle et Mont- Saint- Jean : l’heure de vérité !
Nous avons dévoilé au début de cette année les projets de rénovation des complexes Carrefours de la drève Richelle et du Mont-Saint-Jean (anciennement Bigg’s) par leur propriétaire, la société Redevco (cliquez ici). Celle-ci vient de déposer les projets définitifs auprès du Collège communal qui a lancé fin septembre la procédure d’enquête publique.

La future place Richelle                                                                           Le futur Bigg’s 

Séduisants ! Mais, la Mobilité autour des deux complexes reste un souci majeur.
Voici rassembler par site les principales critiques reçues en matière de mobilité, de citoyens et d’associations de quartiers, en particulier l’Association Inter Quartiers de Waterloo (AIQW).

Centre commercial Richelle

 

A gauche les « Logements » sis le long de l’avenue de Tervuren, à droite l’Horeca existant (Quick) et un pavillon le long de la chaussée de Bruxelles

Ce projet dans son état actuel n’apporte aucune amélioration au niveau de mobilité ! Au contraire, il implante de nouvelles nuisances et pire il cadenassera définitivement les possibilités d’améliorer la mobilité aux endroits stratégiques et vitaux de Waterloo ! En voici quelques preuves :

- les 950 places de parking prévues au lieu des 670 aujourd’hui  créeront un trafic supplémentaire dans Waterloo. Les plans de Mobilité actuels n’ont pas prévu cet accroissement ;

- la construction d’un nouveau pavillon entre le « Quick » et le carrefour de la chaussée de Bruxelles et de la drève Richelle empêchera tout aménagement concomitant ou futur pour améliorer la mobilité dans ce carrefour complètement saturé plusieurs fois par jour à l’heure actuelle ;

- les entrées et sorties ne sont pas modifiées, alors que, déjà actuellement, la possibilité d’y tourner à gauche bloque perpétuellement la fluidité du trafic et est accidentogène ! Que sera-ce dans la nouvelle configuration où le nombre de places de parking augmente de 300 unités !

Pour éviter le blocage perpétuel de la circulation sur des axes de circulation importants qui bordent la nouvelle place plusieurs aménagements routiers sont indispensables qui vont au-delà du strict périmètre du projet Redevco. Citons :

- Un rond-point au carrefour des chaussée de Bruxelles et drève Richelle avec des bandes de tourne- à -droite indépendantes du carrefour (avec si nécessaire emprise sur le site) ; si le pavillon prévu à cet endroit empêche l’aménagement du rond-point, il faut le supprimer.

 

- Un rond-point au croisement de la drève Richelle et de l’avenue d’Austerlitz,  avec emprise sur le parking du centre commercial. Il permettra d’entrer et de sortir du centre commercial sans effectuer de tourne -à -gauche.

-  Des bandes de tourne- à -droite au rond-point  de la chaussée de Tervuren et de la drève Richelle ; cela nécessitera une emprise de terrain sur le sol de la "Sucrerie".

-  Une mise à quatre bandes de la drève Richelle entre le Ring et le carrefour de la drève Richelle et de la chaussée de Tervuren. Cela nécessitera une emprise sur le terrain de la "Sucrerie" et les déplacements des parkings actuels le long de la drève Richelle, côté "Sucrerie», sur son terrain.

 

- Un réaménagement des sorties du Ring et de la "Sucrerie", drève Richelle (rond-point et agrandissement des ronds-points existants avec tourne- à- droite, notamment pour rentrer et sortir du site de la "Sucrerie") pour fluidifier le trafic aux heures de pointe !

Il ressort de ces constatations qu’ici comme ailleurs, l’étude et la mise en œuvre d’un plan de Mobilité global doit précéder l’acceptation du projet.

 

Le Bix shopping

 

Vue du futur Bix shopping avec notamment un Brico Plan-It et Auto5

Projet également bienvenu mais avec un souci sur le plan de la Mobilité. Cependant, ce projet, contrairement à celui de la Place Richelle, apporte des améliorations en cette matière, mais encore insuffisants. Il faudrait également prévoir :

  • La création d’une nouvelle sortie sur le Ring (dans la direction vers Haut-Ittre), derrière le centre commercial pour désencombrer le rond-point Mont-Saint-Jean actuel, au croisement de la chaussée de Louvain, de la nationale 5 vers Plancenoit et Genappe et de la Nationale 67 vers Braine l’Alleud et Nivelles. Cette nouvelle sortie permettrait : - aux habitants de Plancenoit/Lasne/Genappe… d’emprunter la nationale 5 sans plus passer par le carrefour actuel de Mont-Saint-Jean mais bien par le nouveau rond- point prévu par la Région wallonne ; - aux clients du centre commercial d’y accéder et repartir directement à partir du Ring sans plus passer par le rond-point Mont-Saint-Jean actuel.
  • Avant la fin des travaux d’aménagement du site, la réalisation du contournement Sud du champ de bataille pour joindre la N 5 à Braine-l’Alleud, comme prévu dans le cadre de la fermeture de la route du Lion.

Ces aménagements doivent être concomitants aux travaux sur le site.

Affaire à suivre…

 

Louise, Claire, Malmaison… la suite

La décision de fermeture partielle de l’avenue Marie-Louise et ses conséquence sur la circulation dans le quartier ont été longuement développées dans cette rubrique (ici)  et sur laquelle nous revenons dans un article publié ce 13 octobre dans le Waterloo-Info (ici).

Cette saga a eu une suite au Conseil communal du 3 octobre : le comité Malmaison / Fontainebleau, devenu celui du Faubourg- Est, par la bouche de son porte-parole Monsieur Borde, y a interpellé la Bourgmestre (ici). Elle a promis une concertation, à suivre…

Croisement Malmaison/ Fontainebleau : éviter une augmentation
de la circulation de transit

 

De son côté MVW-CDH veut apporter sa contribution à une solution pour sortir de cet imbroglio. Notre Conseiller communal Bernard Catala demandera une réunion rapide de la Commission Mobilité.
Il y proposera que le test de 6 mois prévu pour les décisions prises pour les avenue Marie-Louise et Claire soit étudié et mis en œuvre par un Bureau d’études en Mobilité. Tout le travail de ce Bureau (méthodologie, lieux de comptage,…) devrait être réalisé en accord avec le Collège, la Commission Mobilité et les habitants du  Faubourg -Est.

En outre, pour arriver au meilleur résultat possible, il faudrait que l’ensemble du plan de Mobilité de 2009 soit revu.

 

Chaussée de Bruxelles, 104 (clos du Sacré Cœur) : projet de construction de 2 immeubles

Une enquête publique est en cours. Il ressort de l’analyse du projet que celui-ci est inadapté pour les lieux. En voici les principales raisons :

- L’implantation des 2 immeubles comprenant 8 appartements et une espace de bureau de 136m² ne s’intègre pas correctement dans l’environnement des villas et immeubles voisins.

- Les deux immeubles sont situés dans la zone des cours et jardins des villas voisines.

- Ce sont des bâtiments à deux ou trois étages, alors que tous les bâtiments voisins ont un étage sous toit ; en conséquence, la hauteur des immeubles en projet dépasse de plus de deux mètres celle des constructions voisines et donc les premiers ont des terrasses avec vue plongeante vers les propriétés voisines. Nuisances et moins-value pour celles-ci.

- Le terrain est situé près de l’école du Clos du Sacré Cœur et des feux de la chaussée de Bruxelles. Le flot d’enfants traversant la chaussée et utilisant le trottoir pourrait être gêné et mis en danger par les véhicules du lotissement qui manœuvreront pour rentrer ou sortir ; à certaines heures, l’endroit peut se révéler accidentogène.

IL est demandé un rejet du projet dans son état actuel par les associations de quartier  et l’AIQW

 

Capouillet/Spechim suite de la saga

En ce qui concerne l’aménagement de la place Capouillet, une concertation serait en cours. Nous y reviendrons.
L’autre point, le projet de rénovation de l’immeuble « Spéchim » est à l’enquête publique. Des nombreuses critiques que suscite celui-ci, retenons-en quelques-unes :

- Un projet surdimensionné qui rompt avec le bâti existant

- Une densité de logements trop élevée (31 appartements) qui aura un impact négatif sur la mobilité. En effet, si on compte une moyenne de 2 véhicules par logement, nous arrivons à plus de 60 autos supplémentaires dans un quartier déjà soumis à un trafic de transit très important

- Le nombre de parkings prévu est de 43, alors qu’il en faudrait au moins 60 pour les habitants du building plus d’autres pour des visiteurs ; la place Capouillet et les alentours sont déjà saturés !

Pas étonnant que beaucoup de riverains et l’association de quartier demandent le refus du permis actuel

 

Longchamp/chaussée de Louvain : les démarches proactives des riverains paient

A deux reprises, les habitants de ce quartier se sont opposés à un projet de la société Unibra (voir ici et 
La détermination paie : début septembre, le Collège a de nouveau refusé d’accorder le permis.
Bien sûr, la vigilance reste de mise !

 

____________________________________________________________________________

 

Echos août 2016     13

Capouillet/ "Spechim" La vigilance reste de mise !
Après un printemps pour le moins orageux, la situation reste préoccupante dans ce quartier paisible de Waterloo et l’ombre du projet "Spechim" Capouillet plane toujours sur le Chenois !

L’inquiétude est toujours présente et n’est pas retombée depuis la réunion du 12 mai organisée à l’école communale du Chenois.

 Aucune question n’a reçu à ce jour de réponse et le Comité Chenois appelle à la vigilance car il n’est pas rassuré sur le projet. C’est le moins qu’on puisse dire puisqu’il est toujours sans nouvelles de la proposition de rencontre qu’il a adressée à la Bourgmestre fin mai 2016.
La brocante traditionnelle de septembre sera peut-être l’occasion pour nos édiles communaux, généralement présents, de rassurer les habitants en donnant un état des lieux du dossier, et pour la Bourgmestre de démontrer qu’elle est, comme elle l’affirme, ouverte au dialogue et à l’écoute des citoyens !

 

Un rail de sécurité très dangereux pour les cyclistes et piétons qui se rendent en forêt de Soignes !
Nous avons été informé début août qu’un endroit du rail de sécurité qui sépare le Ring (rampe d’accès au Ring dans le sens Waterloo/Groenendael) d’une piste cyclable qui relie le parking extérieur de la Chapelle royale Reine Elisabeth à la forêt de Soignes présentait un grand danger pour les cyclistes et éventuels joggeurs. Il était en effet complètement tordu.
Nous avons contacté le ministère wallon des travaux qui, rapidement à la suite à notre démarche, a remplacé le rail.

 

                                    Les cyclistes, notamment de nombreux scouts en automne,
                                    peuvent y rouler à nouveau en toute sécurité
.

Des changements près de l’école Sainte-Anne
Désormais, il faut emprunter la rue de la Paix à partir de la rue Victor Hugo. A hauteur du terrain où se trouvent les locaux des scouts, une entrée a été aménagée pour permettre aux automobilistes de s’y garer les jours où l’école Sainte-Anne est ouverte. Le parking est accessible de 8h à 16h30.

L’objectif est de libérer des places devant l’église et le long de la rue Sainte-Anne près de l’école. Donc, en dehors de ces heures et les jours où il n’y a pas école, il est fermé, sauf, si, comme par le passé, la Fabrique, propriétaire du terrain, a donné son accord pour l’utiliser comme parking dans le cas d’événements qui peuvent drainer du monde (par exemple pour les conférences de "Connaissance & Vie").

 

Nouveau parking ouvert les jours d'école

 

Nous avons également appris que la Fabrique allait par convention céder une bande de terrain le long du trottoir actuel pour pouvoir prolonger la piste cyclable jusqu’au carrefour avec l’avenue Valentin Tondeur. Ce travail sera exécuté lors du réaménagement complet de la rue de la Paix qui, selon les dires de la Bourgmestre, interviendrait en 2018.

 


 ____________________________________________________________________________

 

Echos juin 2016 12

Faubourg-Est,avenue Marie-Louise : solution erronée !
Presque sans aucune concertation préalable, la Bourgmestre a fait voter la mise en sens unique de l’avenue Marie-Louise entre celles de la Malmaison et des Merles (cliquer ici).

 Nouveau plan de circulation après la mise en sens unique

 

Certes, cette avenue est devenue au fil du temps une quasi voie à grande circulation et ce, malgré différents aménagements ; il fallait donc intervenir plus radicalement mais pas de cette façon ! Raison pour laquelle de nombreux riverains de plusieurs avenues avoisinantes se sont alarmés : cette mesure unique provoquera une extension de la circulation de transit sur nombre d’avenues du quartier, notamment les avenues Claire et des Hirondelles.

 

Une solution efficace de la mobilité dans le Faubourg-Est (et plus généralement à Waterloo) passe par une mise en œuvre d’une solution plus globale de la situation pour diminuer les nuisances subies par les habitants de tout le quartier.

Il faut dans cet optique reprendre l’ensemble des mesures préconisées dans le Plan de circulation de 2009 pour limiter le trafic de transit qui cherche à court-circuiter le carrefour N5 (chaussée de Bruxelles) # rue de la Station , les analyser, éventuellement les actualiser, en concertation avec les comités de quartier, tous les habitants, puis les voter après consultation des Commissions communales de la Mobilité.


Les voici résumées (pour une analyse détaillée voir page 50) :

 

1) Modification du phasage des feux N5#Station
Elle permet de donner plus de capacité pour les mouvements avenue Reine Astrid – N5 vers Rhodes Saint Genèse. Ceci sera possible en instaurant des phases spécifiques pour ce mouvement et en implantant une micro-régulation qui tiendra compte de la demande réelle et des priorités bus.

 

Premier action : allonger la phase "feu vert" pour tourner à droite venant de l’avenue Reine Astrid

 

2) Avenue Marie-Louise 
- Installer un sens unique sur le tronçon de l’avenue Marie-Louise compris entre les avenues de la Malmaison et des Merles.

 

 

Les véhicules venant de l’avenue Reine Astrid  tournent dans l'avenue de la Malmaison, à gauche sur la photo.


 Ces véhicules peuvent rejoindre l'avenue Marie- Louise par l’avenue des Merles

 

- Implanter un ilot sur la N5 afin de supprimer le trafic de transit provenant du nord de la N5 (Bruxelles).

  
Carrefour N5/ avenue Marie-Louise : îlot pour empêcher de tourner à gauche

 

3) Avenue Claire
Pour atteindre l’objectif de suppression de trafic de transit, il n’existe réellement que deux solutions :
- mise à sens unique de la voirie dans le sens N5 avenue Astrid,
- implantation d’un îlot central sur la N5 pour empêcher les tourne-à- gauche. Ces aménagements impliquent un accès de la rue via le giratoire de la N5

 
Entrée avenue Claire par N5

4) Avenue des Hirondelle…
Le réaménagement des deux avenues précitées peut y entraîner un accroissement du trafic de transit. Dès lors, l’implantation d’un îlot central sur la N5 s’imposerait et aussi un recalibrage de l’avenue pour mieux marquer sa fonction résidentielle.

 
Avenue des Hirondelles : vue depuis la N5

 

En conclusion : si les différents points repris ci-dessus ne sont pas mis en œuvre de manière concomitante, il en résultera des nuisances importantes pour les habitants du Faubourg-Est.

La Bourgmestre a affirmé au dernier Conseil communal qu’elle s’occuperait aussi du phasage des feux et de l’avenue Claire fin août !Alors pourquoi cette précipitation pour instaurer le sens unique dans l’avenue Marie-Louise ?
Après tant d’années d’inertie, quelques mois de plus pour se concerter avec les comités et habitants permettraient d’arriver à une solution globale dans l’intérêt de tous ; la Bourgmestre n’a pas voulu de cette solution de sagesse, dommage !
Les habitants ont la volonté de maintenir leur mobilisation pour que les autorités modifient leur méthode de solution de la mobilité dans ce quartier.

 

Quartier de la gare : un peu de zone bleue s.v.p.
Les commerçants continuent à réclamer quelques places en zone bleue afin de permettre à leurs clients d'accéder aux commerces, mais ils ne sont pas entendus. En effet, il est quasi impossible d’y garer sa voiture et donc cette situation fait fuir les clients.

                                             Parkings remplis, photos prises début juillet !

 

____________________________________________________________________________ 

Echos mai 2016       11

Faubourg–Ouest une tranquillité fortement menacée !

Les habitants de ce quartier subissent déjà des désagréments de plus en plus importants sur un plan Mobilité, du fait de l’arrivée à terme du projet Bella Vita !
Voilà maintenant que La Commune de Waterloo va ouvrir un nouvel axe de transit, dénommée Drève du Triage, entre l'avenue des Pâquerettes et la drève des Dix Mètres le long de la voie de chemin de fer, sans avoir réalisé ou programmé une étude d’incidence et de mobilité !

 
La drève du Triage depuis la drève des Dix Mètres

Or, l’ouverture telle quelle de cette voirie représente une menace sérieuse pour leur tranquillité : la carte ci-dessous montre clairement qu’elle est le maillon essentiel d’un nouvel axe de transit vers la chaussée de Bruxelles qui permet d’éviter le centre de Waterloo !

L’ouverture de cet axe produira un inquiétant effet d'appel des automobilistes en provenance de Braine-L'Alleud (ils sont de plus en plus nombreux à éviter le centre de Waterloo et à traverser nos quartiers). Une partie du trafic provenant de la Chaussée de Tubize et un flux plus important encore venant du Chenois empruntera ce nouvel axe direct permettant d'éviter le centre bloqué de Waterloo à certaines heures...

 
Un jour de semaine, vers 18h avenue Florida, avant l’ouverture de la drève !

Sans aménagement ad hoc dans le quartier, l’ouverture de cette voirie :
- représentera un danger pour les automobilistes, piétons ou cyclistes qui emprunteront le petit tunnel de la drève des Dix Mètres ;


Vue du tunnel sous le pont du chemin de fer

- affectera en premier lieu la route directe vers Rhodes- Saint- Genèse : la drève des Dix mètres, les avenues Florida, Beau Séjour, Nations- Unies, Croix du Feu et la drève des Chasseurs ; puis, en un second temps toutes les autres rues du quartier seront impactées

Face à cette menace, il nous revient que beaucoup d’habitants veulent réagir : sans mise en œuvre d’un plan de circulation dans le quartier, ils s’opposeront à l’ouverture de cette voirie.
Voir aussi Conseil communal du 30 mai/Questions orales/ouverture drève du Triage

 

Place Jean Jacobs: réaménagement du parking, une place aussi pour les marronniers
Il était nécessaire de réaménager ce parking qui, en cas de pluie, se transforme davantage en terrain de cross–country qu’en un lieu de stationnement ! Les travaux seraient réalisés en juillet/août.

 
Vue de l'actuel parking

Maintien du nombre de places de parking pour les autos (109), ajout de places pour les motos et les vélos et aménagements pour les piétons sont des éléments positifs du plan de réaménagement de cette place demandé depuis longtemps par des habitants et des Conseillers communaux, notamment ceux de MVW-CDH, et voté récemment au Conseil communal.

Mais, lors de la discussion précédent le vote, il fut recommandé, pour redonner à la place un caractère vert qualitatif, de replanter, outre les quelques arbres prévus, une douzaine d’arbres à hautes tiges en plus des trois marronniers qui subsistent actuellement.

 

Hélas, il semblerait que la sauvegarde de ces derniers ne soit pas prévue !

 Ces trois magnifiques marronniers vont-ils disparaître ?

Or ceux-ci :

- font partie des arbres remarquables à Waterloo et du patrimoine waterlootois,

- constituent les traces et la mémoire de ce que fut la place Jean Jacobs dans le passé à savoir un espace vert et paisible,

- ont, en raison de leur ancienneté, un rôle protecteur et sont un écran de verdure important que ne pourra pas donner la replantation de jeunes arbres, tant par rapport aux nombreuses antennes GSM se trouvant sur et près du stade que pour les riverains, les usagers du parking, les piétons et promeneurs auxquels ils procurent ombre et fraicheur de par leur taille et leur ampleur.

Pétition de Nagora et lettre de l'Association Inter Quartiers de Waterloo (AIQW) en ce sens ont été adressées à l’autorité communale ; puisse celle-ci prendre en compte leurs remarques de bon sens !

 

  

 

____________________________________________________________________________

Echos avril 2016        10

 

Quartier de l’Ange
4 ans après la promesse faite par l’ancien Bourgmestre, la rénovation des  trottoirs  se termine avenue de l’Ange. Ils ont belle allure.


Tout est parfait ?

Un souci cependant exprimé par plusieurs habitants de la rue : la bordure des trottoirs est haute de 15cm contre 3 à 5cm précédemment. Résultat : le stationnement  toléré des voitures avec 2 roues sur le trottoir devient impossible sauf à endommager les pneumatiques.


Hélas non, il eut suffi de quelques cm en moins

Conséquences de cette nouvelle configuration :
- les gens sont obligés de se  garer d’un côté de l’avenue étroite datant des années 
  cinquante d’où une diminution du nombre de places de parking disponibles ;
- deux voitures de taille moyenne ne peuvent se croiser sans faire du slalom.

 N’aurait-il pas été plus malin de réduire légèrement la largeur des trottoirs et ainsi augmenter la largeur de la rue ?

 Face à la situation ainsi figée, l’inquiétude des riverains croît :
- Qu’arriverait-il si un jour les pompiers devaient intervenir ?
- Quelle circulation infernale pourraient subir les riverains de l’avenue si l’autorité 
  communale maintenait son accord pour 700 places de parking dans le futur "Cœur de
  Ville" ?

  

Piste cyclables par marquage au sol….une fausse bonne idée ?
Un peu partout, mais aussi à Waterloo, la mode récente  était de faire du marquage au sol sur la chaussée (Chevrons et logo de vélo) d’une priorité réservée au cycliste. Pour les Majorités en place, l’avantage était de montrer, à frais très réduits,  qu’elles soutenaient la mobilité douce par de nouvelles pistes cyclables.

 

Force est de constater, en particulier dans notre commune, que cette initiative montre ses limites. Il suffit de regarder des écoliers rouler sur les trottoirs pour des raisons de sécurité. Avec ses 2,8 voitures par famille, les principales voiries sont encombrées et très souvent le marquage au sol est recouvert par l’une ou l’autre voiture.

 
Bonne chance au malheureux cycliste 

Le danger vient d’un écart soudain mais nécessaire du cycliste distrait et d’un automobiliste pressé. Dans la majorité des voiries à Waterloo ces pistes cyclables " low- cost " sont source de stress et de danger. Une fausse bonne idée ?

 

Chaussée de Louvain/ avenue du Longchamp
En juillet 2015, nous avions publié un écho sur le danger du projet immobilier déposé alors par le promoteur Unibra (voir ci-dessous rubrique 1) Grâce à la ferme réaction des riverains, celui-ci avait retiré son permis. Nous assurions alors les habitants que nous resterions vigilants. Bonne réaction, car Unibra vient de déposer un nouveau projet qui n’a pas tenu compte des arguments que les habitants du quartier firent valoir il y a un an et qui motivèrent le refus du projet initial ! Que du contraire, la nouvelle mouture est encore plus inacceptable que la première !!

 
Parcelle visée par le projet

Le nouveau projet prévoit de passer de 3 à 4 bâtiments et de 47 à 57 appartements ce qui donne une densité de 74 logements à l’hectare sans compter les commerces (notons que la densité du quartier résidentiel contigu est de +- 10 habitations à l’hectare). Le nombre d’emplacements de parking privatifs a par contre été diminué de 78 à 73, ce qui rend le problème de parking sur la voie publique encore plus problématique par rapport au projet précédant. Les immeubles, dont certains sont des R+2 + toits et culminent à plus de 17,50m soit plus du double de la hauteur des villas voisines, auront des vues plongeantes dans certaines propriétés de riverains, dépréciant ainsi les biens et la qualité de vie du quartier résidentiel situé autour du projet dont celui de l’avenue du Longchamp.

 
Avenue du Longchamp menacée par le projet

L’accès au lotissement en tournant à gauche en venant du rond-point de Mont-St-Jean, rendrait la circulation sur la chaussée de Louvain moins fluide encore et accidentogène du fait que les véhicules doivent traverser 5 bandes de circulation !
Le trafic de fuite de la chaussée de Louvain de plus en plus encombrée voir bloquée augmenterait encore dans le quartier résidentiel voisin.

Ces éléments parmi d’autres rendent cette seconde mouture encore plus inacceptable que la première. Les habitants demandent aux autorités responsables de refuser à nouveau le projet du promoteur.

 

 

Printemps orageux au Chenois !
Le Chenois est un quartier paisible de Waterloo où il fait bon vivre. Le Chenois, c’est le village de Waterloo où l’on prend le temps de la rencontre, où l’on aime flâner. C’est ce qui en fait son charme tant apprécié de ses habitants (venez-vous en rendre compte le 14 mai prochain lors de la traditionnelle brocante de la place Capouillet).
Mais c’est aussi un quartier de Waterloo trop souvent oublié des investissements et aménagements communaux…et resté à l’abri de projets immobiliers démesurés qui ont envahi notre commune. Mais le printemps qui revient s’annonce pour le Chenois bien mouvementé et chargé! Chargé d’incertitudes et d’inquiétudes.
Tout d’abord l’aménagement de la place Capouillet découvert lors du Conseil communal du 21 mars sans aucune information préalable des habitants du quartier. Mais aussi le projet de construction de 31 logements sur l’emplacement des anciens établissements Spechim à l’angle de la place Capouillet et rue Gouttier découvert à la même occasion.

 
  Place Capouillet face au bâtiment "Spechim"

 

D’autres projets semblent se préparer au Chenois comme la construction d’immeubles à appartements sur le terrain du Château à la Rose (carrefour de la rue Saint-Germain et de la rue Emile Dury).

 
Le Château à la Rose , encore un projet ?

Heureusement le Comité Chenois veille au grain et n’a pas manqué de relayer l’information et d’alerter les riverains. Merci à Christian et son équipe (plus d’infos sur www.comité-chenois.be )!
De même, plusieurs interpellations ont eu lieu au Conseil communal notamment par des mandataires de la Minorité dont MVW-CDH mais également par un Conseiller communal de la Majorité, pour relayer les inquiétudes des riverains et s’étonner du peu d’information entourant les projets.
Ces différentes actions ont porté leurs fruits : une réunion avec le promoteur du projet place Capouillet/rue Gouttier aura lieu le 12 mai.

Mais ce n’est pas suffisant car il faudra aussi impliquer les habitants dans l’aménagement de la place Capouillet et des autres projets à venir.
Comme on dit dans ces cas-là : affaire à suivre ! Mais il est clair que les Chenoisiens sont bien décidés à faire entendre leur voix dans les projets qui concernent leur cadre de vie au quotidien !

  
____________________________________________________________________________

Echos mars 2016   9

 
Rue Coleau et alentours : voies de transit ?
Lors de la réunion du 29 février, plusieurs habitants de cette rue et de ses alentours remettent le couvert en plus des réunions de concertation avec la commune pour réduire les accidents dus à la vitesse excessive mais aussi à l’énorme volume de voitures passant par cette rue.

Un exemple imagé aidant à comprendre la situation :

 

 Cela n’est malheureusement pas le cas seulement en heure de pointe mais à fortiori également lors des week-ends.

Pourtant, des études avaient déjà été faites en 2008-2009, de façon coordonnée avec la commune de Braine l’Alleud, attirant déjà la problématique de la connexion du nord-est de Braine l’Alleud au centre de Waterloo ou même simplement à la chaussée Bara (voir les plans de mobilité des communes de Waterloo et Braine l’Alleud consultables sur les sites des communes respectives).

Est-ce que cela voudrait dire que les deux communes n’ont rien fait pour le sud de Waterloo ni pour le nord-est de Braine l’Alleud ? Nous osons qu’en tous cas les très prochaines années nous apprendront à quelle vitesse il est tenu compte de l’avis de la population par les deux communes en question. Favorisera-t-on le trafic de transit ou le bien-être des riverains actuels ?

  

Faubourg- chaussée de Bruxelles 154, à hauteur de l’avenue Prince Baudouin
Nous apprenons qu’il y a une demande de permis de démolition d’une maison et construction d’un immeuble de 11 appartements et d’une habitation 4 façades.

 

Entrée de l’actuelle villa au coin de la chaussée de Bruxelles et de l’avenue Prince Baudouin

Comme à Waterloo, il n’existe pas de schéma de structure ni de règlement communal d’urbanisme, de plus en plus de projets d’immeubles apparaissent dans des quartiers résidentiels avec des villas ou à quelques mètres de ceux-ci. En voici un nouvel exemple avec ses conséquences en matière de mobilité, de pollution et d’environnement.

 Le projet consiste à construire sur 15 ares 11 appartements soit une densité proposée de 73 logements à l’hectare et ceci dans la commune la plus dense du Brabant wallon et dans un quartier subissant déjà un important trafic de fuite des bouchons de la N5.

- Les futurs habitants pourront donc respirer régulièrement 3 à 4 fois les doses de particules fines minimum recommandées par l’OMS : ils se trouveront exactement à quelques mètres d’une zone de bouchon récurrente sur la N5. Les distances du building par rapport à la N5 sont en effet réduites par rapport au bâti actuel bien en retrait.
- Les arbres et massifs du jardin actuel seront détruits par une emprise au sol de 726m² au lieu de 154m² actuellement ; la physionomie du quartier s’en trouverait dévalorisée. Il y a en effet peu de plantations prévues. Au total 2433m² seront bâtis soit 6 fois plus qu’actuellement !
- Les vues plongeantes des R+2 étages vers les villas voisines, avenues Prince Baudouin, Marie-Josée et Léopold, dévaloriseront les biens de ce quartier résidentiel.
- Enfin, 23 véhicules devront entrer et sortir à quelques mètres du carrefour de la N5 et de l’avenue Prince Baudouin ; cela représente un danger par rapport aux véhicules sur la N5 qui veulent tourner dans l’avenue Prince Baudouin.

Il n’y a pas d’opposition à la construction mais une demande de revenir à des conditions qui évitent les atteintes à un niveau urbanistique de qualité.
Dans ce cas-ci : n’admettre que des R+1 étage + toit, diminuer le nombre d’appartements à 5 afin de réduire l’aspect massif du building existant (27m de façade !), augmenter le recul du building par rapport à la chaussée pour une intégration correcte dans le quartier et durcir les normes d’isolation et de chauffage des bâtiments pour moins d’émissions de gaz polluant particulièrement sur les quartiers voisins.

   

____________________________________________________________________________

Echos février 2016     8

 Une date à bloquer dans vos agendas:8 Mars 2016 réunion explicative Cœur de ville

 

A 18h30, à la Maison communale, salle Jules Bastin, vous pourrez participer à une réunion explicative sur le Plan Périmètre de Remembrement Urbain (PRU). Sous ce jargon, on vise la modification de l’affectation d’une partie du centre-ville. Il s’agit donc de la première réunion officielle sur le "Cœur de ville".
Si les habitants des quartiers voisins sont les premiers intéressés, il serait faux de penser que les autres habitants puissent s’en désintéresser. Ce projet aura évidemment un impact sur la circulation dans Waterloo :
- 700 à 750  places de parkings au lieu de 330 actuellement,
- seulement deux sorties, celles qui existent déjà, rue Verbeek et avenue Astrid,
- parking payant après quelques heures… risque de parking sauvage dans nos rues,
- 9000m2 de surface commerciale  au détriment  très probable des commerçants de la nouvelle Galerie et des rues avoisinantes qui souffrent déjà.

Aucune  nouvelle étude neutre de circulation et de trafic n'a été réalisée contrairement à ce qui avait été promis. La dernière étude coûteuse date de 2009 et le suivi  en a été très insignifiant.

 Le projet Cœur de ville qui n’est pas sans intérêt risque de se faire sans aucune réelle étude  incidence sur l’impact  sur trois  artères principales du Centre. Le dossier disponible à la maison communale  et que vous pouvez consulter ne prévoit actuellement rien.de concret.

 Il ne s’agit pas de refuser la création d’un vrai centre de ville mais il faut résoudre d’abord les problèmes de Mobilité sans oublier ceux des habitants des rues avoisinantes dont la qualité de vie est menacée.

 Soyez donc nombreux à ce rendez-vous pour faire comprendre à la Bourgmestre qu’il faut revoir le projet actuel !

  

Réunion du 29/02/16 des habitants de Mont-Saint-Jean avec la Bourgmestre
La salle était comble. La Bourgmestre a dit vouloir entendre la population du quartier sur leurs doléances mais a mis de côté les projets de l’école Mont Saint Jean et du "Carrefour" car ils feraient l’objet de réunions distinctes.
Beaucoup n’ont malheureusement pas pu prendre la parole du fait des 2 heures fixées par la Bourgmestre pour la réunion. Voici un résumé des interventions.

Le thème numéro 1 a été celui de la Mobilité sous tous ses aspects (circulation, trottoirs, sécurité routière, stationnement…) : aménagements du carrefour Chaussée Bara/ Nationale 5 , trafic de transit de Braine l’Alleud, notamment par la rue Coleau, itinéraire de "fuite des embouteillages" dans le quartier Sainte Anne, mauvais état des trottoirs……

Sous-jacent à ces problèmes locaux est apparue encore plus crûment la nécessité d’un plan global de Mobilité. L’échevin de la Mobilité a confirmé qu’il a obtenu un subside de 70.000 EUR pour enfin réaliser un nouveau plan. Espérons qu'il soit suivi d'exécution !

Quelques questions ont concerné d’autres sujets, notamment la sécurité, spécialement dans leq quartiers proches d’un établissement fréquenté par beaucoup de jeunes (l’Acte3) ou le manque de logements sociaux.

 La Bourgmestre a répondu qu’elle était consciente des problèmes exposés. Elle a expliqué que des interventions ponctuelles peuvent être immédiatement faites mais pour des aménagements plus importants, il y a un ordre de priorité étalé sur plusieurs années.

 

  _____________________________________________________________________________

Echos janvier 2016      7

Plateau de l’Ange
Les voiries du plateau de l’Ange ont plus de 60 ans, cela avait été bien conçu. A l’époque, la circulation automobile était encore raisonnable à Waterloo…Aujourd’hui, c’est plus compliqué surtout aux heures de pointe. : on compte en moyenne 1,7 véhicule par ménage, la moyenne du Brabant Wallon est de 0.52.

Dans les échos de septembre 2015 (voir ci-dessous 2 à la rubrique" Dans le quartier de l’Ange, les convoyeurs attendent"), nous nous demandions pourquoi la réfection des trottoirs de l’avenue de l’Ange prenait tant de temps. Rappelons qu’il s’agissait d’une promesse faite par l’Ancien Bourgmestre au début de 2012, à la demande de quelques habitants, pour compenser les nuisances qui découleraient du projet" Cœur de Ville " : des murs de 15m de haut dans le fond des jardins côté Wellington, la création d’un trafic de fuite accru dans le quartier et des bouchons avenue Reine Astrid, sauf décision courageuse du Collège.

Bingo ! Grâce au changement de bourgmestre et, tout en restant modeste, un peu  grâce à notre petit article précité, le chantier sera  terminé pour le printemps 2016. C’est bien même si cela aura pris 4 ans.
A quand une même décision pour les autres voiries du plateau : Napoléon Wellington,
Ney,…Les trottoirs n’y sont guère plus praticables et une séparation bicolore de ceux-ci entre zone de stationnement et partie piétonnière serait la bienvenue pour éviter aux écoliers, aux mamans avec poussette de devoir circuler sur la chaussée avec les risques inhérents à ce type de comportement inévitable.

 
Pas facile de se déplacer pour les piétons et les poussettes !!


Branle- bas de combat pour les deux Carrefours : Richelle et Mont-Saint-Jean

Une réunion très discrète….
Un peu par hasard, nous avons appris à temps que Redevco, propriétaire des sites Richelle et Mont Saint-Jean, organisait à la Maison communale une réunion d’information sur ses projets de refonte complète des deux sites !                                                       L’invitation à cette réunion préliminaire d’information fut pour le moins, extrêmement discrète, d’ailleurs nos Conseillers n’en avaient pas été informés. La Bourgmestre, interpellée à ce sujet, a répondu qu’il s’agissait d’une initiative propre à cette firme, l’enquête publique n’ayant pas encore eu lieu, et qu’elle a simplement autorisé la mise à disposition d’une  salle communale ; elle a admis cependant que la communication sur la tenue de cette réunion n’avait pas été idéale.
Cette remarque faite, venons-en au contenu de cette réunion : Redevco a fait une présentation impeccable de son méga-projet - avec remise d’une brochure explicative complète- qui vise à réaménager complètement les deux sites.

Mont- Saint Jean : magasins à grand gabarit et de grande consommation
Sur ce site qui sera rebaptisé Bix shopping, se trouveront des magasins tels que Brico Plan-IT, Carrefour Planet, Auto 5…. Les promoteurs évoquèrent la création nécessaire d’un nouveau rond-point sur la chaussée de Charleroi dont une bonne partie empiètera, avec son accord, sur le terrain de Redevco. Ce rond-point avait été recommandé par le Service Public Wallonie (SPW).

 
Une vue du futur Bix Shopping présentée par Redevco

 

Nouveaux commerces, logement, parkings : telle sera la future place Richelle…
Le site Richelle actuel, à la fin des travaux, deviendra une place. En synthèse : Auto 5 déménage vers le site du Mont-Saint-Jean, les surfaces commerciales sont réduites au sol mais un étage supplémentaire est prévu, d’où 28.000m2 au lieu des 22.000 m2 actuels pour le commerce, près de 300 place de parking en plus dont une partie en sous-sol, une quarantaine d’appartements prévus près du rond-point avec l’ avenue de Tervuren…

 

 

Deux vues de la future place Richelle présentées par Redevco

Pour plus de détails sur l’aménagement des deux sites, nous vous invitons à consulter le Blog Sudinfo Waterloo, seul média présent à la réunion http://waterloo.blogs.sudinfo.be/archive/2016/01/20/profonde-reconversion-des-sites-des-carrefour-market-et-planet-a-waterloo-t.html#more

De l’argent de la Région pour le rond-point du Mont-Saint-Jean
Depuis cette réunion, grâce au Ministre CDH Maxime Prévôt

suite à la demande de subsides par notre Bourgmestre pour la construction de ce rond-point, 700.000 EUR ont été accordés à cet effet dans le cadre de son Plan Infrastructures 2016-2019 approuvé le 21 janvier par le Gouvernement wallon.

Premières réactions
Nous avons ainsi suggéré la création de deux ronds-points autour de la future place Richelle. Nous avons également exprimé notre préoccupation quant au risque d’étranglement du petit commerce local suite à l’implantation de nouveaux commerces sur cette place.

MVW-CDH suivra donc attentivement la mise en œuvre des projets Richelle et Mont-Saint-Jean sous tous ses aspects et en premier les répercussions sur la Mobilité.
Voir aussi à ce sujet, l'intervention de notre Conseiller B. Catala au Conseil communal du 25 janvier 2016, à la rubrique questions orales

Un dossier à suivre…

 Pour mémoire paroles, paroles…..
Dans un Waterloo-Info de 1989, l’ancien Bourgmestre édictait les principes qui devraient servir de base à un futur plan de Mobilité :

- quiétude dans les quartiers d’une commune avant tout résidentielle ;

- centre commercial accueillant, facile d’accès, pourvu d’un système de parcage 
  réorganisé et d’un cheminement des piétons ;
- maîtrise du trafic automobile et du stationnement,

Il faut reconnaitre que sur tous ces points…..le résultat de ces bonnes intentions est à tout le moins mitigé !!

 

 

Encore plus d'archives?